Formes et usages du passé : Grenoble en ses après-guerre (1944-1964)

par Philippe Barrière

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Yves Lequin.

Soutenue en 2000

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Après avoir pris le temps de longuement présenter les enjeux épistémologiques et méthodologiques qui le structurent, ce travail tente d'évaluer le poids que pèse dans la région grenobloise, sur le temps d'une génération (1944-1964), la mémoire de cette situation historique extrême que fut la Deuxième Guerre mondiale. Une première partie permet de comprendre que c'est indiscutablement la brève séquence chronologique de la Libération (1944-1946) qui fournit la matrice de la gestion du souvenir public pour l'ensemble de la période considérée. Ces deux années voient en effet la Résistance s'imposer comme la principale instance d'organisation mémorielle : c'est elle qui décide de ce qui est mémorable. Nous avons ensuite tenté une évaluation globale de ce que sont les formes de la mémoire : le rituel des cérémonies commémoratives est par exemple étudié dans toute sa subtile alchimie, ainsi que les traces lapidaires du souvenir, qui tissent dans la région un dense et complexe réseau de mémoire. A travers l'étude de quatre "isolats mémoriels" locaux (la mémoire de la Résistance, divisée à partir de 1947 ; le "cas" Vercors ; la mémoire juive grenobloise ; les "malmémoires", parmi lesquelles la mémoire noire de la Collaboration), une troisième partie cherche à mesurer l'importance politico-culturelle que conserve a posteriori la dernière guerre. La conclusion générale entend avant tout baliser le terrain d'un futur travail, qui s'intéresserait à l'évolution de la mémoire grenobloise de la Deuxième Guerre mondiale depuis 1965 jusqu'à nos jours en posant trois questions. La mémoire de la Résistance est-elle le dernier avatar d'une identité culturelle grenobloise spécifique ? La Résistance est-elle, comme nous inclinons à le penser, cet horizon politique et moral indépassable pour nombre de Grenoblois engagés dans les débats politiques les plus contemporains ? Localement, quelle place ménage à la Résistance la politique actuelle de gestion culturelle du souvenir historique ?


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par Presses universitaires de Grenoble à Grenoble

Histoire et mémoires de la Seconde guerre mondiale : Grenoble en ses après-guerre, 1944-1964


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (913, 248 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. f. 814-877. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2000 BAR (1-4)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par Presses universitaires de Grenoble à Grenoble

Informations

  • Sous le titre : Histoire et mémoires de la Seconde guerre mondiale : Grenoble en ses après-guerre, 1944-1964
  • Dans la collection : Résistances , 1255-1392
  • Détails : 1 vol. (651 p.)
  • ISBN : 2-7061-1127-5
  • Annexes : Bibliogr. p. 597-623. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.