Traitement des relations spatiales categorielles et coordonnees : approche neuropsychologique

par MARIE PIERRE VERNIER

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Olivier Koenig.

Soutenue en 2000

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Kosslyn (1987) a emis l'hypothese selon laquelle les relations spatiales categorielles et coordonnees etaient traitees par deux sous-systemes distincts, le premier specifiant des positions relatives (e. G. , a droite de) et le second specifiant des distances metriques. De nombreuses etudes, realisees chez l'homme, ont apporte des arguments en faveur de cette hypothese en montrant un avantage de l'hemisphere gauche (a-hg) pour le traitement des relations categorielles et un avantage de l'hemisphere droit (a-hd) pour le traitement des relations coordonnees. Cependant, certains points devaient encore etre etudies concernant : 1) la localisation de ces sous-systemes ; 2) l'origine de l'effet de pratique observe lors de la realisation de taches coordonnees et se manifestant par une disparition de l'a-hd ; et 3) le role de certains facteurs, comme l'identification, dans l'observation d'une asymetrie hemispherique pour les traitements categoriels et coordonnes. Pour etudier ces differents points, 8 experiences ont ete realisees : l'une a utilise la technique d'imagerie fonctionnelle par resonance magnetique et les autres la methode de presentation en champs visuels divises. Nos resultats ont permis 1) de confirmer l'existence de deux sous-systemes distincts du traitement des relations spatiales categorielles et coordonnees et de montrer qu'ils sont sous-tendus, respectivement, par le gyrus angulaire gauche et le gyrus angulaire droit ; 2) d'interpreter la disparition de l'a-hd dans les taches coordonnees en termes de capacite de l'hg a delimiter l'espace en differentes regions de type categoriel, ce qui lui permettrait d'effectuer les taches coordonnees aussi bien que l'hd ; et 3) de montrer que, meme si l'identification semble etre plus importante pour le traitement des relations categorielles que pour le traitement des relations coordonnees, elle n'est pas responsable, a elle seule, de l'asymetrie hemispherique observee pour les traitements categoriels et coordonnes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 225 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 306 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LSHS (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GF 02049
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.