Contrôle direct du couple d'une machine asynchrone alimentée par convertisseur multiniveaux à fréquence imposée

par Carlos de Almeida Martins

Thèse de doctorat en Génie électrique

Sous la direction de Thierry Meynard, Adriano Carvalho et de Xavier Roboam.

Soutenue en 2000

à Toulouse, INPT en cotutelle avec l'Universidade do Porto. Faculdade de Engenharia .


  • Résumé

    Ce travail débute par une présentation des topologies d'onduleurs multiniveaux les plus représentatives de l'état de l'art actuel et une description de leurs avantages et inconvénients. Les atouts et points faibles des principales stratégies de contrôle direct de la machine asynchrone, alimentée par un onduleur de tension à 2-niveaux, sont aussi présentées. Deux stratégies de contrôle direct du couple, compatibles avec des onduleurs de tension multicellulaires, sont ensuite définies d'une manière généralisée par rapport au nombre de niveaux. Leur algorithme comporte les modèles prédictifs de la machine déduits afin d'exploiter de manière optimale les nombreux degrés de liberté par les structures multiniveaux. Une attention particulière est portée sur la maîtrise de la fréquence de commutation et du contenu harmonique du couple. En particulier, la deuxième de ces stratégies, baptisée CoDiFI, combine harmonieusement ces deux facteurs, tout en gardant les excellentes caractéristiques dynamiques attribuées aux stratégies DTC classiques. Elle est validée expérimentalement sur un onduleur multicellulaire à 4-niveaux (3 cellules / phase) alimentant une machine asynchrone de 22 kW. Cette association intègre un banc de traction piloté par un contrôleur numérique d'architecture hybride DSP/FPGA. Une analyse comparative entre le DTC classique (2-niveaux) d'une part et les stratégies proposées et de commmande vectorielle à 4-niveaux de l'autre part est aussi réalisée, mettant en exergue l'intérêt d'une association entre les lois de contrôle direct du couple et les onduleurs multicellulaires.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 221 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 207-210

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 00INPT038H/1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.