Ctenocephalides canis (Curtis, 1826) [Siphonaptera : Pulicidae] : données épidémiologiques et biologiques

par Marie-Christine Cadiergues

Thèse de doctorat en Sciences agronomiques

Sous la direction de Michel Franc.

Soutenue en 2000

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    La premiere partie decrit les criteres d'identification de ctenocephalides canis et apporte des elements morphologiques sur l'imago et les stades pre-imaginaux. La deuxieme partie decrit la realisation d'un elevage de c. Canis sur chiens permettant la production d'un grand nombre de parasites. Deux enquetes epidemiologiques realisees en france montrent que cette puce est presente sur 11,4% des chiens parasites et sur seulement 0,75% des chats : elle parasite preferentiellement les chiens vivant a l'exterieur et en altitude. La specifite d'hote assez stricte (persistance tres breve chez le chat malgre la possibilite de realisation du cycle chez cet hote), a ete montree. Les possibilites de deplacement (performances de saut de c. Canis superieures a celles de c. Felis felis tant en hauteur qu'en longueur), le repas (c. Canis debute son premier repas plus tardivement que c. F. Felis mais il est plus bref), la prolificite (inferieure a celle de c. F. Felis), la survie (dans le pelage du chien et dans l'environnement, c. Canis survit significativement plus longtemps que l'autre espece, qu'elle soit a jeun ou bien qu'elle se soit gorgee lors d'un sejour de 48 heures sur un chien) ont ete etudiees. Dans la troisieme partie, l'etude comparee du deroulement des cycles biologiques effectues a 19\c et 27\c n'a pas permis de mettre en evidence de grandes differences entre les deux especes hormis une emergence des males de c. Canis legerement plus tardive que celle des males de c. F. Felis (2 a 3 jours plus tard). Le rendement du cycle de c. Canis elevee sur chien (35%) est legerement superieur a celui de c. F. Felis elevee sur chat (31%). Lors de la phase externe, il n'y a pas de competition entre les stades pre-imaginaux de c. Canis et de c. F. Felis hormis le fait que les stades larvaires les plus avances empechent les ufs ou les larves plus jeunes d'evoluer, mais ceci est vrai a l'interieur d'une meme espece ou bien lorsqu'on melange c. Canis et c. F. Felis.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 198 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 141-153. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure agronomique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2000INPT015A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.