Effets des interdépendances nutritionnelles entre bactéries protéolytiques sur l'efficacité de la protéolyse dans le rumen

par Muriel Sales-Duval

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Gérard Blanchart.

Soutenue en 2000

à Vandoeuvre-les-Nancy, INPL .


  • Résumé

    La nutrition et la physiologie des ruminants sont étroitement liées au résultat des interactions entre les bactéries du rumen. En effet, la composition des régimes alimentaires affecte directement la dégradation des protéines contenues dans la ration, conséquemment à une modification de la flore dominante du contenu ruminal. La fourniture de 2 rations à base de pois a 4 brebis a montré une augmentation de 30% de l'activité protéolytique totale dans le rumen avec le régime conduisant a la plus faible teneur an ammoniac. Cet accroissement est du a une augmentation des activités exopeptidasiques libérées dans la phase liquide ainsi qu'à une diversification de la composition en endopeptidases dans la phase particulaire. In vitro, des doses croissantes de métabolites azotes issus du catabolisme des protéines (ammoniac et acides amines AA) ont montré des effets distincts sur l'activité protéolytique de 3 souches de bactéries du rumen cultivées avec de la caséine : S. Bovis JB1, P. Albensis et B. Fibrisolvens 3701. L’activité protéolytique totale de S. Bovis et de P. Albensis est inhibée tandis qu'elle est stimulée chez B. Fibrisolvens. La distribution et la composition en endopeptidases de l'activité protéolytique totale entre les fractions fixée aux cellules libérée dans le milieu sont également affectées, de manière distincte selon la forme azotée exogène et l'espèce considérée. Dans une étude in vitro des interactions entre les 3 souches cultivées deux par deux sur caséine, les effets sur l'activité protéolytique par rapport aux monocultures ont pu être mis en relation essentiellement avec la proportion des petits peptides résiduels ainsi qu'avec la concentration en AA libres, dont l'accumulation dans le milieu découle d'une activation des exopeptidases. Enfin, le remplacement de la caséine par des protéines de pois a montré que l'utilisation de cette source protéique, moins dégradable, favorise les coopérations bactériennes quelle que soit la coculture considérée.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (220 p.)
  • Annexes : Bibliogr. (350 réf.)

Où se trouve cette thèse ?