Modélisation des supraconducteurs HTC : applications au calcul des pertes AC

par Emmanuel Vinot

Thèse de doctorat en Génie électrique

Sous la direction de Pascal Tixador et de Gérard Meunier.


  • Résumé

    L'apparition des supraconducteurs à Haute Température Critique en 1986 puis leur développement permet maintenant leur utilisation en électrotechnique. Il devient important de connaître précisément leur comportement électromagnétique et notamment leurs pertes. Pour cela, un modèle numérique (éléments finis) a été implanté dans FLUX3D. Les supraconducteurs y sont représentés comme étant parfaitement amagnétiques et régis par une loi en puissance entre le champ électrique et la densité de courant. Cette loi est pour l'instant indépendante de l'induction magnétique. Nous avons été amenés à étudier et comparer différentes formulations (A, [delta]A/[delta]t, T[phi], TTo[phi], A couplée avec les équations de circuit) permettant d'imposer un champ magnétique extérieur, un courant voire d'inclure un supraconducteur dans un circuit électrique. Le modèle numérique a ensuite été utilisé pour des études quantitatives d'une part, puis qualitatives d'autre part. Une étude détaillée, en champ propre, sur un fil OPIT de Bi-2223 a été menée numériquement, analytiquement et expérimentalement. Ceci a permis de valider l'hypothèse du couplage entre les filaments et a également été l'occasion de comprendre la méthode électrique de mesure de pertes. Le cas d'une bobine possédant deux couches de fils supraconducteurs a ensuite été étudiée. Un modèle analytique de calcul des pertes pour une bobine possédant n couches a alors été développé. Toutes les études de ce mémoire ont également permis de mieux cerner le domaine de validité du modèle de Bean. Les limites d'une loi en puissance avec un courant critique indépendant de l'induction et de la température sont également apparues


  • Résumé

    The High Température Superconductors discovery in 19:6, aod(their improvement now allow to use their in Electrical devices. It is important to know their electromagnetic behaviour and especially their A. C losses. In this aim a numerical model (based on finite éléments) was developed in FLUX3D. In this model, superconductors are supposed to be perfectly non magnetic and the electrical field versus current density is a power law. For the moment, this law is independent of magnetic induction. Différent formulations (A, [delta]A/[delta]t, T[phi], TTo[phi]) have been studied and compared, in order to impose an exteraal field, a transport current or to include a superconductor in a circuit. The numerical model has then been used to produce quantitative and qualitative results. Numerical, analytical and expérimental studies hâve been performed on a Bi-2223 OPIT strand in self field condition. It allowed to validate the classical hypothesis of perfect coupling between filaments, and has been a means to better understand the electrical measurement method. A two layers coil has then been studied and an analytical model for n layers coils was proposed. The studies presented in this report have also permitted to discuss the Bean model validity. Limitations of a power law with a critical current independent of magnetic induction and température hâve appeared too

>/div>

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (103 p.)
  • Annexes : 51 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.