Terminologies linguistiques occidentales et apprentissage des langues "orientales" : la mort obligée des terminologies linguistiques "occidentales" et de la grammaire enseignée

par Jean Loubatières

Thèse de doctorat en Études africaines

Sous la direction de Pierre Vérin.

Soutenue en 2000

à Paris, INALCO .

  • Titre traduit

    Conventional terminologies in linguistics while teaching or learning non-European languages


  • Résumé

    La grammaire des langues n'est pas la description transparente - immanente - des structures d'un corpus dit être du latin, du français ou du wolof (par exemple). C'est une doctrine forte, peut-être la seule à avoir progressivement recouvert la totalité du monde en balayant toute résistance : elle est, actuellement, la seule en usage (sauf quelque résistance très minoritaire dans la grammaire arabe et celle, juive, des kinnuyim). Cette théorie - dont l'origine est un ensemble de textes de l'Antiquité, conçue comme ce qui est enseigné dans les Humanités - plonge ses racines dans une vision particulière du politique, du religieux et du juridique et en utilise les concepts. A ce titre, les grammaires des différentes langues ne sont, chacune, qu'une variante de la grammaire latine étendue illustrée par des exemples (traduits dans ces différentes langues), et, en aucun cas, la description "scientifique" de la langue étudiée. Une des preuves du besoin urgent à l'abandonner définitivement comme support de description linguistique est son incapacité radicale à être utilisée dans des systèmes automatiques. La thèse circonscrit quelques notions historiquement vulgarisées et inculquées au point de paraître des données naturelles (1ère partie), ensuite une création ex nihilo de cette théorie, le "tzigane", des éléments centraux de la doctrine et la poursuite de la colonisation des langues d'Afrique (et orientales) couplée à ses nécessaires échecs (3e et 4e parties).


  • Résumé

    Any grammar of any language should not be considered as an objective description of its structures (which could have been said thus, Latin, French, or Wolof Grammars, for example (s). It appears that grammar is a strongly shaped doctrine, perhaps the only one which has succeed in overwhelming the whole world (not only in linguistics) without real opposition : now the only one method in linguistics, if we exclude some fragments of non-obedient Arabic or Jewish (the doctrine of "kinnuyim"). This doctrine or theory - which roots to a mass of works from the Ancient Rome-and-Athens as we say when teaching Humanities - can be understood as a reflection of mixed social, religious and judicial concepts. And, therefore, the grammars of different languages illustrate, strictly speaking, one only (and sole) theory : the (first) Latin (then world-) Extended Grammar ; in fact, this theory is unable to describe languages. One of the most important gap is, nowadays, its uselessness for automatic translations. In this thesis, a sketch of some widely taught linguistic concepts - so widely taught that they appear to be natural beings (1°part), then an example of the power of linguist's fancy, the Gypsy language (2°part), an evaluation of some vertex of linguistics and the use of them as intellectual means to complete colonization upon African (and "eastern") languages (3rd and 4th parts)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (467-XXIX f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. I-XXIX

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.83
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.83
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.