Le divorce dans la tradition juive : aspects historiques et implications dans la communauté juive française contemporaine

par Gabrielle Atlan

Thèse de doctorat en Études hébraïques

Sous la direction de Joseph Tedghi.

Soutenue en 2000

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Objet d'une vaste législation, le divorce a connu depuis la plus haute antiquité une longue et profonde évolution dans l'histoire du droit hébraïque. Formellement attesté mais peu réglementé dans la Bible, il y est surtout vivement condamné par les Prophètes qui décrient sévèrement l'époux répudiateur. A son tour, la Loi orale a établi à travers la Misnah et le Talmud, une réglementation très stricte de l'ensemble des lois matrimoniales, particulièrement celles du divorce. Au Moyen-âge, ces lois ont de nouveau connu de véritables mutations sous l'impulsion de rabbins décisionnaires sensibilisés par la fragilité du statut de la femme. Régis successivement par le droit hébraïque jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les Juifs furent confrontés - avec l'Emancipation - à un grave dilemme d'ordre religieux, en Europe et plus précisément en France. Ces derniers se heurtent ainsi maintenant depuis plus d'un siècle, à de sérieux problèmes générés par l'institution du divorce civil et les conflits de lois qu'il engendre. L'incompatibilité de lois entre le divorce civil et le divorce religieux entraîne bien souvent des situations litigieuses dont les femmes sont généralement les premières victimes. Ces questions, qui mettent en cause l'ensemble de l'institution matrimoniale, présentent un caractère critique pour l'avenir du Judaïsme traditionnel. La perte d'intérêt pour les pratiques religieuses et particulièrement pour le divorce religieux, jugé archaïque, pénalise bien souvent la femme qui, sans le "get", ne peut obtenir un divorce complet et ne peut contracter une nouvelle union. Outre l'aspect strictement religieux, le "get" comporte également une large part d'affectivité dont les protagonistes tirent trop souvent profit, faisant de cet acte l'objet d'un ignoble chantage. Interpellés par cette situation depuis le début du XIXe siècle, les rabbins n'ont eu de cesse de trouver des solutions pour venir en aide aux victimes du déni de "get". Pourtant en dépit de leur volonté et de leurs efforts, le problème reste inchangé à ce jour, car les lois sur le divorce juif sont d'origine biblique, c'est-à-dire immuables. C'est dans ce conteste que nous avons été amenée à nous demander de quelle façon les Juifs français - en phase avec la modernité - adhéraient à l'antique divorce religieux, lorsqu'ils étaient confrontés à la dissolution de leur mariage. Cette question, toujours d'actualité, et dont l'enjeu religieux implique la communauté juive française dans son ensemble, a retenu notre intérêt et nous a conduit à mener une investigation sur ce sujet délicat, comme en témoignent d'ailleurs les nombreuses polémiques qui, régulièrement, traversent la communauté juive.

  • Titre traduit

    ˜ œDivorce in Jewish tradition : historical aspects and implications in contemporary French jewry


  • Résumé

    The incompatibility between civil and religious divorce laws, very often generates litigious situations where women are generally the first victims. These issues which question the entire matrimonial institution present a rather critical aspect for the future of traditional Judaism. The slow loss of interest in religious practice, particularly in religious divorce, thought to be archaic, very often penalizes women who, without their get, cannot obtain a complete divorce and are denied the right to marry again. Apart from its strictly religious aspect, the get involves a heavy load of affectivity. Indeed the individuals concerned, far too often take advantage of it and turn it into an ignominious blackmail. Aware of that situation since the turn of the 19th century, the rabbis never have ceased to look for alternatives to help women who have been denied the right to obtain their get However, despite their strong will and enormous effort they have not managed to solve the problem because the Jewish Laws of divorce stem from the Bible. Hence they are unalterable. In that context, we have asked ourselves how French Jewry, living in harmony with the modern world, dealt with the old divorce religious laws when they were faced with the end of a marriage. That very current issue the religious stake of which implies the entire French Jewish community has held our interest, and has led us to investigate on that very delicate topic. ■

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (492 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 440-458

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.90
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.91
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.90
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.91
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.