Pierre Cot, un itinéraire politique du radicalisme au progressisme

par Sabine Jansen

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Marie Mayeur.

Soutenue en 2000

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Le 27 novembre 1979, Maurice Duverger s'interrogeait dans « Le Monde » sur l'étrange destinée de Pierre Cot. Issu des milieux de la jeunesse catholique, il avait choisi le radicalisme en 1927 avant de rallier le communisme après 1946. Le passage de la droite catholique à la gauche radicale constitue l'un des principaux axes des deux premières parties. L'exercice du pouvoir, de décembre 1932 a mars 1938, constitue la troisième partie de l'étude. L'expérience gouvernementale est la pierre de touche d'une ambition politique ancienne : elle dévoile l'homme. Une dernière partie étudie la marginalisation de Pierre Cot, son exil puis son évolution vers le communisme. Un épilogue retrace brièvement sa carrière de 1946 à 1973. De cette étude émerge une figure, dégagée de ses légendes. L'expérience du jeune catholique est essentielle pour comprendre les préoccupations de l'homme politique. Quoique fragmentée et inachevée, son œuvre ministérielle est considérable. En charge du Département de l'air de 1933 à 1934, puis de 1936 à 1938, il y exerce ses ambitions réformatrices : création d'Air France, création de l'Armée de l'air en 1933, nationalisation des industries aéronautiques. Antifasciste convaincu, il est l'un des principaux acteurs du Front populaire. Son constat de la faiblesse militaire de la France explique sa campagne, dès 1933, en faveur d'une alliance franco-soviétique. En 1940, menacé, il gagne Londres puis les Etats-Unis. Son activité y est de nature politique et diplomatique. Ses contacts avec les membres des services de renseignement soviétiques s'expliquent par la volonté, non dénuée de naïveté, d'infléchir les choix de Staline et de jouer un rôle. Ils n'en font certainement pas, dans l'état actuel de la documentation, un espion à la solde de l'URSS. Son appropriation du discours marxiste, après 1944, pose la question de sa conversion au marxisme. Son évolution en 1946 est le fruit d'une anticipation - celle du communisme triomphant-, d'une conviction - celle d'un sens de l'histoire - et enfin d'une vision géostratégique, confortée par les événements.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (908 f.)
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FNSP 4 Coll 3656 484-1
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FNSP 4 Coll 3656 484-2
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FNSP 4 Coll 3656 484-3
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 3133
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 197
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.