Le désir de métier : l'entreprise et ses dynamiques professionnelles méconnues

par Florence Osty

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Renaud Sainsaulieu.

Soutenue en 2000

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Le constat d'un retour massif à un désir de réalisation professionnelle, interroge le sociologue sur les conditions d'émergence et de reconnaissance de cette dynamique sociale. C'est en rapportant l'analyse du métier à trois dimensions (la compétence, l'identité et les règles) que l'on peut saisir la signification d'un tel phénomène. La construction d'un savoir opératoire, individuel et collectif et l’élaboration de règles locales légitimes sont des caractéristiques de la dynamique sociale de métier. La socialisation, vue sous l'angle des modes d'intégration à une communauté de métier mais aussi celui par lequel s'exerce une construction particulière du sujet dans les interactions quotidiennes de travail représente le dernier trait des métiers contemporains. Le métier apparait alors comme une expérience de subjectivation au travail, matérialisée par un savoir protique et permise par la maitrise d'un espace d'autonomie, plus qu'une catégorie socialement définie. Mais c'est sur la question de la reconnaissance qu'achoppent ces dynamiques sociales. Elle révèle tout d'abord un contentieux entre les professionnels, pour lesquels la compétence réfère au savoir d'action, et l'entreprise, la réduisant à sa valeur d'usage (qualification), mais aussi une tension sur la représentation de la mission. L'écartèlement entre l'expérience subjective de travail et les valeurs véhiculées par l'institution d'appartenance met en jeu la cohérence personnelle et rend périlleuse, l'articulation entre deux espaces d'identification (le métier et l'institution). Enfin, la scène de la régulation conjointe se déplace du niveau central (entre acteurs institutionnels) pour opérer au sein des relations hiérarchiques de proximité. La révélation de l'importance des logiques sociales de métier en entreprise permet de proposer un cadre d'analyse renouvelle de la modernisation, appelant de ses voeux l’élaboration de compromis sociaux plus légitimes, parce que plus centres sur la nature réelle du travail.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

Le désir de métier : engagement, identité et reconnaissance au travail


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (509 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 208 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FNSP 4 Coll 3656 454-1
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FNSP 4 Coll 3656 454-2
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Le désir de métier : engagement, identité et reconnaissance au travail
  • Dans la collection : Des sociétés , 1242-8523
  • Détails : 1 vol. (244 p.)
  • Notes : Autres tirages : 2008, 2010.
  • ISBN : 2-86847-760-7
  • Annexes : Bibliogr. p. 239-[245]. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?