Recherches methodologiques en vue de l'isolement de mutants d'expression du gene nucleaire rpl21

par JEAN LUC GALLOIS

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Régis Mache.

Soutenue en 2000

à Grenoble 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La differenciation des chloroplastes au sein des cellules vegetales est essentielle pour la photosynthese et donc la croissance autotrophique de la plante. Les genes nucleaires codant des proteines ribosomiques du plaste constituent des genes marqueurs precoces de la differenciation du proplaste indifferencie en chloroplaste fonctionnel. Deux genes nucleaires rpl21 d'arabidopsis ont ete caracterises. Ils codent pour deux proteines l21 d'origine procaryotiques. Une proteine l21 est localisee dans le ribosome plastidial, l'autre dans le ribosome mitochondrial. Ces deux proteines temoignent d'une origine evolutive commune, et distincte des proteines l21 codees dans le genome plastidial des plantes inferieures. L'etude du gene codant la proteine l21 chloroplastique montre la conservation de la structure et de l'expression de ce gene chez arabidopsis et chez l'epinard. Ces genes sont exprimes fortement au sein des feuilles jeunes, et cela independamment du developpement chloroplastique. Le gene de la luciferase a ete fusionne au promoteur rpl21 d'epinard et cette construction a ete inseree par transformation dans arabidopsis. 10000 plantes homozygotes pour cette construction ont ete mutagenisees par traitement ems. Une selection de plantules m2 presentant un defaut d'expression de la luciferase a ete menee a l'aide d'une camera ccd. Trois mutants putatifs, deux albinos sous-exprimant la luciferase sous controle du promoteur rpl21 et une au phenotype sauvage la surexprimant dans la racine, ont ete isoles. Leur etude devrait mener a la caracterisation de genes impliques dans le developpement chloroplastique. Notre etude montre les possibilites offertes par l'utilisation de la luciferase comme gene rapporteur. Par ailleurs, une nouvelle methode antisens assistee par la luciferase est presentee. Elle vise a suivre l'antisens insere par transformation dans arabidopsis et permet d'ecarter d'eventuels phenotypes independants de l'effet antisens.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 123 p.
  • Annexes : 229 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Joseph-Fourier.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.