Algorithmique des courbes hyperelliptiques et applications a la cryptologie

par PIERRICK GAUDRY

Thèse de doctorat en Sciences et techniques

Sous la direction de François Morain.

Soutenue en 2000

à l'ECOLE POLYTECHNIQUE .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'etude algorithmique des courbes hyperelliptiques est la suite naturelle de celle des courbes elliptiques qui est maintenant bien avancee. La plupart des algorithmes connus pour les courbes elliptiques ainsi que leurs applications a la cryptographie peuvent etre etendus plus ou moins facilement aux jacobiennes de courbes hyperelliptiques. Dans une premiere partie, nous etudions certains aspects des invariants d'igusa, qui generalisent le j-invariant d'une courbe elliptique. Pour les jacobiennes (2,2)-decomposables, nous relions les invariants d'igusa aux j-invariants des courbes elliptiques quotients par des formules explicites. Par ailleurs nous etudions ces invariants sous l'angle des formes modulaires de siegel dans le but de calculer des equations modulaires. La deuxieme partie est consacree a des algorithmes de calcul de cardinalite d'une courbe hyperelliptique sur un corps fini. Ce calcul est une etape necessaire lorsque l'on desire mettre en uvre un cryptosysteme hyperelliptique. Hormis les algorithmes generiques qui peuvent s'appliquer a des groupes autres que des jacobiennes, nous proposons une version effective des algorithmes a la schoof en genre 2. Nous presentons aussi un premier pas vers des ameliorations du type elkies-atkin, qui ont fait leur preuve dans le cas des courbes elliptiques. La troisieme partie traite d'algorithmes de calcul de logarithme discret. Ce probleme est la clef de voute des cryptosystemes : si l'on sait le resoudre en temps raisonnable, le systeme est fragile. Apres un bref etat de l'art, nous presentons des algorithmes utilisant les idees classiques de calcul d'index. En tirant parti des specificites des problemes provenant de la cryptographie, nous demontrons par des resultats de complexite ainsi que des experiences pratiques que les systemes a base de courbes de genre superieur ou egal a 4 ne sont pas surs. De plus, combine avec les techniques de descente de weil, ceci permet d'attaquer certains cryptosystemes elliptiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 208 p.
  • Annexes : 196 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École polytechnique. Bibliothèque Centrale.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.