Bases cérébrales de la catégorisation visuelle rapide : études chronométriques et fonctionnelles

par Denis Fize

Thèse de doctorat en Sciences cognitives

Sous la direction de Simon Thorpe.

Soutenue en 2000

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Un rapide parcours de six modeles computationnels de reconnaissance nous amene a discuter des principales alternatives elaborees pour decrire le traitement visuel. Le temps requis par ce traitement apparait comme un critere crucial de decision sur son fonctionnement. Nous mettons alors en oeuvre une tache experimentale visant a mesurer le temps necessaire au systeme visuel humain pour analyser des scenes naturelles contenant ou non un animal. Les resultats montrent que ce traitement est extremement rapide, d'une duree inferieure a 150 ms. Cette latence se montre robuste et constante : lors de presentations par hemichamps parafoveaux, lorsque l'attention n'est pas focalisee sur le lieu d'apparition du stimulus, et en l'absence de couleur. D'autre part, les categorisations d'images contenant des formes simples, et la detection de la presence de couleurs ne sont pas plus rapides. La categorisation << animal >> semble d'autant plus resulter d'un mecanisme automatique que sa trace electrophysiologique est encore presente lorsqu'une autre tache occupe les sujets. Ces resultats plaident en faveur de mecanismes rapides de la reconnaissance visuelle : traitements ascendants sans recentrage des entrees lateralisees ; l'attention focalisee, la couleur et une forte acuite ne sont pas necessaires a la reconnaissance rapide. L'origine de cette activite a ete recherchee par modelisation dipolaire, puis par irmf evenementielle. Cette tache de categorisation implique differentiellement les aires 19 et 31, les gyri fusiforme et cingulaires. Une suppression d'activite lie a la stimulation cible est compatible avec le mecanisme de competition postulee dans certains modeles. La reconnaissance visuelle postulee comme mecanisme necessitant des traitements complexes semble ainsi ceder la place a de simples detections paralleles de traits visuels, suffisants a la representation mentale des scenes. Dans ce cadre, la decision visuelle - le stimulus present est adequat a la tache prevue - pourrait etre l'extraction de ces representations au moyen de l'inhibition des assemblees neuronales non selectionnees.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (204 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2000-22
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.