Description des populations bacteriennes telluriques degradant le carbofuran : diversite genetique et flux de genes

par STEPHANE DESAINT

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de JEAN CLAUDE FOURNIER.

Soutenue en 2000

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La biodegradation acceleree (bda) des pesticides est l'une des consequences pratiques majeures de la structure et de l'evolution des populations microbiennes impliquees dans la mineralisation des produits phytosanitaires. L'un des premiers pesticides ayant fait l'objet d'une bda a ete le carbofuran, un insecticide de la famille des n-methylcarbamates. Les objectifs principaux de cette these etaient d'une part de caracteriser les populations microbiennes telluriques impliquees dans la degradation du carbofuran et d'autre part de decrire les flux potentiels d'un gene particulier intervenant dans le catabolisme de ce pesticide, le gene mcd (methylcarbamate degradation). Au total, plus de 128 micro-organismes degradant le carbofuran ont ete caracterises genetiquement par analyse de leur adnr 16s, de leur region intergenique 16s-23s et par sequencage partiel. Par ailleurs, les ribotypes 16s de 68 isolats degradants, provenant de parcelles agronomiques ayant recu des programmes de traitements differents, ont egalement ete determines. Nos resultats confirment que la grande diversite des populations bacteriennes degradant le carbofuran est certainement sous-estimee. Neanmoins, l'impact des concentrations ou des traitements pesticides sur la nature des souches degradantes et sur la diversite des groupes microbiens impliques n'a pu etre etabli. Enfin, apres avoir verifie que le gene mcd etait transferable in vitro depuis des isolats degradant le carbofuran vers une souche receveuse (agrobacterium tumefaciens, 9023), des systemes plus complexes (microcosmes) ont ete utilises pour etudier le transfert. Il s'avere que des transferts du gene mcd ont ete observes, soit entre les souches introduites dans les echantillons de sol, soit de la population indigene vers la souche receveuse inoculee. Par ailleurs, certains resultats laissent supposer que des transferts ont potentiellement eu lieu depuis les souches donneuses vers la population indigene.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 236 p.
  • Annexes : 300 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.