Etude des effets d'applications repetees de cuivre sur l'activite et la diversite de la microflore des sols

par LAURENT COURDE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Rémi Chaussod.

Soutenue en 2000

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Depuis un siecle, le cuivre est utilise pour lutter contre le mildiou de la vigne. Les apports ont conduit a des teneurs dans les vignobles pouvant atteindre plusieurs centaines de mg cu/kg sol. Afin d'estimer les effets du cuivre, deux sites ont ete choisis. Le dispositif d'hagetmau est un site de contamination monometallique. Le cuivre a un effet sur la diversite des souches bacteriennes, analyse ardra. D'apres l'etude de la tolerance, le cuivre agit comme une pression de selection (adaptation ou selection de populations). L'effet du cuivre a ete estime sur la nitrification, la degradation de deux herbicides (glyphosate et diuron). Les effets induits apparaissent limites, et plutot moindres que les effets sur les populations. L'etude de la metabolisation du glucose montre que l'effet sur la biomasse microbienne peut s'expliquer en partie par un mecanisme de decouplage energetique. En vignoble bourguignon, bien que l'on observe une relation inverse entre la biomasse microbienne et les teneurs des sols, la degradation du diuron, du glyphosate et des substrats des plaques biolog gn n'est pas fortement correlee aux teneurs en cuivre. Il semble que la degradation du diuron soient independante de la teneur en cuivre. En ce qui concerne cet herbicide, le role epurateur du sol n'est donc pas altere par le cuivre. Globalement, on observe generalement une diminution de la biomasse microbienne, qui peut etre attribuee aux effets lies a l'alteration du metabolisme energetique et a la toxicite propre du cuivre. Certains groupes bacteriens sont plus affectes, ce qui induit une modification de la biodiversite. Dans les parcelles contaminees, les micro-organismes tolerants seraient donc en mesure d'assurer l'activite biologique du sol. Cette conclusion reste toutefois limitee aux populations et activites etudiees. Une utilisation raisonnee du cuivre et une limitation des apports restent une sage precaution pour preserver le patrimoine sol.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 145 p.
  • Annexes : 405 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.