Contraintes ecophysiologiques liees a la transplantation des plants forestiers : effets de l'exposition a l'air entre l'arrachage et la plantation

par DIDIER GARRIOU

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de JEAN-CLAUDE FOURNIOUX.

Soutenue en 2000

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'objectif de ce travail est d'etudier les effets de l'exposition a l'air des plants a racines nues avant plantation sur l'etat physiologique des plants ainsi que leur survie et leur croissance apres plantation. Trois especes sont etudiees : le pin laricio de corse (pinus nigra ssp laricio var corsicana), le chene pedoncule (quercus robur l. ) et le chene rouge d'amerique (quercus rubra l. ). L'exposition a 2\c des plants diminue la capacite de regeneration racinaire, conduisant a une augmentation de la mortalite apres plantation. Cet effet resulte de la reduction de la teneur en eau des racines, entrainant la deformation des cellules racinaires et des dysfonctionnements membranaires (evalues par la perte d'electrolytes). Au-dela d'une perte d'electrolytes des racines de 50% pour le chene rouge, et 40% pour le chene pedoncule, le taux de mortalite en premiere annee est superieur a 20%. La rehumectation du systeme racinaire par trempage dans l'eau avant plantation ne permet pas de compenser ces effets. Pour le pin, l'exposition reduit plus faiblement la survie que chez les chenes. Apres plantation, la croissance aerienne des pins n'est pas affectee par l'exposition alors que le dessechement des bourgeons des chenes induit des descentes de cimes. La croissance diminue regulierement pour le chene pedoncule avec la reduction de la teneur en eau de la tige alors qu'elle n'est affectee qu'en dessous une teneur de 65% pour le chene rouge. La croissance et la survie superieures chez les pins peuvent etre expliquees par un meilleur etat hydrique des racines et des bourgeons. L'exposition a l'air induit une augmentation de la concentration racinaire en sucres solubles, plus forte chez le chene rouge. Ceci peut expliquer sa meilleure survie par rapport au chene pedoncule. Pour un niveau de dessechement donne, la vitesse de dessechement, induite par deux temperatures d'exposition (2 et 14\c), ne modifie ni l'etat physiologique, ni les performances des plants. Des variations saisonnieres de la sensibilite a l'exposition sont notees : au milieu de l'hiver, la survie et la croissance des plants etaient plus faiblement affectees par l'exposition qu'en automne ou au printemps. Dans la pratique, nos resultats permettent de proposer des criteres permettant de rejeter, avant plantation, les lots de plants de mauvaise qualite lorsque les variables physiologiques (teneur en eau des racines, perte d'electrolytes des racines ou potentiel hydrique) sont superieures a certaines valeurs seuils.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 181 p.
  • Annexes : 209 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.