Développement du raisonnement conditionnel et modèles mentaux

par Jean-François Lecas

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Pierre Barrouillet.

Soutenue en 2000

à Dijon , en partenariat avec Laboratoire d'Etude de l'Apprentissage et du Développement (LEAD) (Dijon) (laboratoire) .


  • Résumé

    Théorie des Modèles Mentaux (Johnson-Laird & Byrne, 1991 ; Johnson-Laird, Byrne & Schaeken, 1992). Nous montrons dans une première partie que le raisonnement conditionnel se développe entre l’enfance et l’adolescence. Ce développement se traduit par la construction d’un seul modèle (interprétation conjonctive) chez les jeunes enfants (i. E. , 8-9 ans), auquel s’ajoute un second modèle (interprétation biconditionnelle ) au début de l’adolescence (i. E. , 11-12 ans) puis enfin un troisième (interprétation conditionnelle) à la fin de l’adolescence (i. E. , à partir de 15 ans). Ces résultats ont été obtenus à travers trois paradigmes expérimentaux (tâche de falsification et de production de cas et tâche de production d’inférences). Une deuxième partie montre que la compréhension du conditionnel est influencée par le contenu sémantique des propositions utilisées. Les énoncés comportant des propositions binaires (i. E. , possédant un inverse sémantique) sont davantage interprétés comme des biconditionnelles que les énoncés non binaires (i. E. , ne possédant pas d’inverse sémantique) dont l’interprétation principale est soit conjonctive soit conditionnelle. Dans une troisième partie, nous montrons que la capacité à construire des modèles est corrélée à la capacité de la mémoire de travail, l’augmentation des capacités de cette mémoire avec l’âge expliquant l’ordre d’apparition des divers niveaux d’interprétation. Les résultats observés dans ces études nous conduisent à modifier et à spécifier la théorie standard. Nous proposons (1) que le raisonnement porte sur des variables, (2) qu’il existe une directionnalité des modèles de P vers Q, (3). L’effet de contenu serait dû à l’application de deux principes pragmatiques, (principes de quantité maximale et de complétude) qui auraient pour objet d’accroître la pertinence de l’énoncé, (4) les modèles issus de la prémisse majeure seraient des modèles hypothétiques.

  • Titre traduit

    Development of conditional reasoning and mental models


  • Résumé

    This thesis proposes a developmental model of conditional reasoning which refers to Mental Models theory (Johnson-Laird & Byrne, 1991 ; Johnson-Laird, Byrne & Schaeken, 1992). We show in a first part, a development of conditional reasoning during childhood and adolescence. This development evolves between a first level in which young subjets (i. E. , 8-9 years old)construct a one model representation (conjonctive-like interpretation), a second level (i. E. , 11-12 years old), in which they add a second model (biconditional interpretation) and a third model (conditional interpretation) at the end of adolescence (i. E. , 15 years old). We obtain these results in three experimental paradigms (falsification and production tasks and inferences production task). The second part of the thesis reveals that comprehension of conditional statements is influenced by semantic contents of propositions. The statements using binary propositions (i. E. , without sematic contrary) in which principal patterns of interpretation are conjonctive or conditional. In a third part, we suggest that the capacity explains the order of appareance of different levels of interpretation. The results observed in these experiments lead us to modify and specify standard theory. We propose (1) that reasoning relies on variables, (2) that exists a directionality of models from P to Q. (3) Content effect would be due to two pragmatic principles (the principle of maximal quantity and the principle of completeness) whose effect is to increase pertinence of statement, (4) models construct on the base of major premise would be hypothetical.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (206 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie 155 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T167

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2000DIJOL007
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.