Biodégradation anaérobie et aérobie des composés aromatiques iodés : application à la minéralisation de l'acide 5-amino-2, 4, 6- triiodoisophtalique

par Didier Lecouturier

Thèse de doctorat en Génie des procédés industriels

Sous la direction de Jean-Michel Lebeault.

Soutenue en 2000

à Compiègne .


  • Résumé

    Les composés aromatiques triiodés sont utilisés comme agents contrastants de radiologie. Ces composés très stables ne sont pas dégradés dans les stations d’épuration. L acide 5-amino-2, 4,6-triiodoisophtalique (AATI) est le motif de base de nombreux agents contrastants et représente la fraction difficile à dégrader de ces molécules. Nous avons réalisé des sélections de microorganismes sur AATI en aérobiose et en anaérobiose (dénitrification, sulfato-réduction et conditions méthanogènes) à partir de différentes sources environnementales. Cette étape de sélection a abouti à l’acclimatation d’un consortium microbien capable de dégrader l’AATI en anaérobiose en présence d’éthanol. Le consortium microbien dégrade l’AATI par voie réductive et produit l’acide 5-animo-isophtalique grâce à trois déshalogénations successives. Nous avons montré que la dégradation de l’AATI est optimale entre 25°C et 35°C et à ph 7,5. La dégradation a pu être obtenue en présence de formate, lactate, butyrate ou d’hydrogène comme donneur d’électrons. La dégradation est inhibée par l’oxygène, le nitrate, le thiosulfate et le sulfite. Le sulfate réduit la vitesse de déshalogénation. Les capacités de dégradation du consortium sélectionné ont pu être facilement étendues à des composés triiodés plus complexes. Nous avons ensuite sélectionné un consortium aérobie capable de minéraliser les produits de déshalogénation anaérobie avec un rendement en carbone de 97%. Ainsi, nous avons pu mettre en œuvre un procédé de minéralisation de l’AATI en deux étapes : une déshalogénation anaérobie suivie d’une minéralisation aérobie réalisées en réacteurs à lit fixés. Les performances des réacteurs ont été déterminées en alimentation continue avec un rapport éthanol/AATI de 4 à débits croissants, puis en augmentant la concentration de polluant dans l’alimentation. Le réacteur couplé dégrade jusqu'à 799 mg. I-1. J-1 de carbone, ce qui correspond à une charge en AATI de 4,2 mm-1.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 188 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 170-188

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Technologie de Compiègne. Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2000 LEC 1318
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.