Optimisation du dosage d'ultra traces de métaux dans l'eau de mer par spectrométrie d'absorption atomique sans flamme (Al, Cu, Fe) : comparaison avec deux autres méthodes dans le cas de l'aluminium

par Stéphanie Salomon

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de Alain Le Bihan.

Soutenue en 2000

à Brest .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L’objectif de cette étude est le dosage direct, c'est à dire sans préconcentration, de trois métaux traces que sont l'aluminium, le fer et le cuivre dans l'eau de mer. Pour cette quantification au voisinage du dixième de microgramme par litre, nous disposions de trois méthodes analytiques que sont la spectrométrie d'absorption atomique à atomisation électrothermique (saaet), la fluorescence moléculaire classique ou induite par laser et la redissolution cathodique. Le travail a été réalisé en grande partie par saaet. Outre l'optimisation des facteurs spectroscopiques et électrothermiques par la méthodologie des plans d'expériences, nous avons mis en évidence des interférences spectrales nécessitant une correction et un traitement du signal lorsque l'on travaille au voisinage des limites de détection. Dans des conditions optimales et toutes corrections faites, les limites de quantification obtenues en saaet lors de la détermination de l'aluminium, du fer et du cuivre dans l'eau de mer sont respectivement de 67,127 et 67 nanogrammes par litre. En ce qui concerne la fluorescence moléculaire classique, les résultats obtenus dépendent du métal considéré. En raison de difficultés de purification des réactifs et de cinétiques de complexation, les limites de quantification dans le cas du fer et du cuivre sont encore à améliorer pour accéder aux teneurs recherchées. Dans le cas de l'aluminium, la limite de quantification est quasi identique à celle mesurée en saaet. Les résultats obtenus avec ce même élément en fluorescence moléculaire induite par laser permettent l'accès à une limite de quantification de 10 nanogrammes par litre. La redissolution cathodique a quant à elle uniquement été appliquée au dosage de l'aluminium dans l'eau.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol (203 p.)
  • Annexes : Bibliographie

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation Section Droit-Sciences-STAPS.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.