Influence de traitements à base de polyamines et d'inhibiteurs de leur biosynthèse sur les teneurs des différentes polyamines et de l'acide abscissique au cours de la floraison des grappes et au début du développement des baies de raisin. : Relations avec la coulure et le millerandage

par Lydia Colin

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et médicales. Œnologie et ampélologie

Sous la direction de Michel Broquedis.

Soutenue en 2000

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    Nos recherches apportent des données nouvelles quant à l'importance des polyamines (PA) libres et conjuguées et de l'acide abscissique (ABA) lors des phénomènes de floraison de la vigne, de nouaison et de développement des baies. L'utilisation de plusieurs cépages, de différents modes de culture (plein champ et boutures fructifères) et de traitements appropriés a permis de mettre en évidence les relations suivantes: La floraison est marquée par l'accumulation des PA qui se fait à deux reprises et par l'accumulation d'ABA, au moment où les teneurs en PA sont les plus basses. Ainsi, les PA en s'accumulant au début de la floraison (avec prédominance des PA libres) et au moment de la nouaison (sous forme de PA liées) pourraient être considérées comme de bons indicateurs de ces stades. Les teneurs en PA totales sont sous l'influence directe des enzymes de dégradation, les diamines et surtout les polyamines oxydases (DAO et PAO) puisqu'elles sont minimales quand les activités oxydasiques sont les plus importantes, c'est-à-dire à la mi-floraison. C'est précisément à ce stade que le pic d'accumulation d'ABA libre est observé et il apparaît que cette hormone pourrait contrôler les activités DAO et PAO. De plus, l'ABA interviendrait dans l'abscission des fleurs et le taux de coulure des grappes dépendrait des teneurs en ABA des fleurs. Ce taux de coulure serait contrebalancé par un potentiel de nouaison en relation avec les fortes teneurs en diaminopropane (DAP) lié aux macromolécules, présent au moment de la fécondation des baies. Par ailleurs, de trop fortes teneurs en PA totales au début de la floraison et l'accumulation persistante de DAP lié aux macromolécules dans les jeunes baies sont envisagées comme une des causes du millerandage. Le cas particulier de l'apyrénie suggère que le DAP lié, présent en fortes concentrations au début de la floraison serait en relation avec l'absence de fécondation de ces baies.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (214 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 192-212, contient une bibliogr. de l'auteur

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux (Villenave d'Ornon). Direction de la documentation. Bibliothèque de l'Institut des sciences de la vigne et du vin.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH COL
  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FTB 747
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.