Etude de l'extension urbaine autour d'Avignon et de Montpellier de 1936 à 1999 par la simulation de dynamiques spatiales à l'aide de modèles cellulaires d'interaction locale

par Philippe Ellerkamp

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Joël Charre.

Soutenue en 2000

à Avignon .

  • Titre traduit

    Study of the urban extension around Avignon and around Montpellier from 1936 till 1999 by the simulation of spatial dynamics by means of cellular models of local interaction


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les phénomènes d'extension urbaine des régions d'Avignon et de Montpellier entre 1936 et 1999 constituent l'objet de cette thèse. Ces régions ont été choisies en raison de l'ampleur de l'extension urbaine qui les caractérise, des différences de leur structuration spatiale et des différences d'intensité et de modalités de leur peuplement. L'extension urbaine est en effet analysée d'un point de vue spatial et morphologique à travers l'évolution régionale des densités de population. Les dynamiques spatiales de l'urbanisation sont modelisées en faisant appel à certains principes et concepts issus des nouvelles sciences de la complexite et plus particulièrement de l'auto-organisation. Il est ainsi postulé que des processus d'interaction locale, qui se déroulent entre unités spatiales voisines, doivent permettre de rendre compte d'une partie des macro-dynamiques apparaissant au niveau régional. Les automates cellulaires font office d'instrument de démonstration et sont utilisés dans leur acception classique, sans contraintes et avec des règles invariantes dans l'espace et dans le temps. La modélisation et la validation passent alors par la simulation. Deux modèles sont construits, l'un basé sur l'information cartographique discrète et l'autre intégrant une dynamique de population, puis appliqués aux régions traitées. S'ils sont fortement dépendants dans leurs résultats des tendances inscrites dans l'espace et sont plus efficaces pour la région d'Avignon que pour celle de Montpellier, ils conduisent néanmoins à valider partiellement les hypothèses formulées. Surtout, ils démontrent l'intérêt d'intégrer l'interaction locale dans les modélisations dynamiques et permettent de prendre en compte plusieurs échelles ainsi que les interactions qui les unissent. Les simulations n'ont pas eu pour but de reproduire le réel, mais d'aider à identifier des mécanismes spatiaux fondamentaux. En cela cette thèse s'inscrit dans une géographie expérimentale

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (307 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 277-298

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 17.00.1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T MF 58
  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 1781
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.