Contribution a l'etude des polarisabilites induites par les interactions atomiques dans l'helium

par CHRISTOPHE GUILLOT NOEL

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Yves Le Duff.

Soutenue en 2000

à Angers .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette these porte sur l'etude des polarisabilites induites par les interactions atomiques a partir de la mesure des intensites spectrales binaires de diffusion raman collisionnelle de l'helium gazeux. L'originalite de ce travail, principalement experimental, resulte de l'obtention de nouvelles informations sur la trace et l'anisotropie du tenseur de polarisabilite induite par les interactions qui surviennent a courtes distances interatomiques. Un montage de diffusion raman optimise avec un detecteur ccd nous a permis de mesurer des signaux lumineux aussi faibles qu'un photon par semaine et par pixel. Cette performance a ete realisee en mesurant les spectres binaires de diffusion depolarisee et isotrope sur une echelle d'intensite absolue respectivement jusqu'a 680 et 1200 cm 1 dans l'aile de diffusion stokes, a temperature ambiante. Nous avons deduit de ces observations experimentales un rapport de depolarisation pour (he) 2 proche de zero a des frequences raman elevees ( n 0,03 a 680 cm 1). L'origine de cette presque complete polarisation de la lumiere diffusee est liee a des processus collisionnels intervenant a des distances d'interaction inferieures au diametre atomique de l'helium. Une comparaison experience-theorie a ete realisee pour les spectres binaires de diffusion isotrope et depolarisee ainsi que pour le rapport de depolarisation. L'analyse et l'interpretation de ces spectres nous ont conduit a la validation de certains modeles de trace et d'anisotropie et en particulier des modeles issus de calculs ab initio. Ces conclusions ont ete confirmees par une etude similaire realisee a une temperature d'environ 100 k.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 162 p.
  • Annexes : 149 ref.

Où se trouve cette thèse ?