Les entreprises et l'éthique économique

par Gilles Dryancour

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de JEAN YVES NAUDET.

Soutenue en 2000

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    Le propos de cette these est de montrer que la dynamique de marche est spontanement productrice d'un ordre ethique harmonieux. Pour verifier ce postulat, six themes ont ete choisis autour desquels se polarisent les reflexions des auteurs des ecoles constructivistes et liberales. Ces themes sont regroupes en deux parties. La premiere est consacree aux sources et aux contraintes de l'ethique economique, la seconde a l'ethique dans l'entreprise. Ainsi, sont successivement traites les sujets suivants : 1. Les causes morales de l'echec du modele rhenan-japonais et celles du succes du modele anglo-saxon. 2. Les finalites morales de la firme sont la creation de valeur et le profit, de la derive sa double legitimite : la satisfaction du client et de l'actionnaire. La morale ecologique est a la fois une contrainte et une menace pour le devenir de la libre entreprise. Elle est incoherente et ne resiste pas a une confrontation a la logique des droits de propriete. 3. Les contraintes exercees sur l'entreprise evoluent, elles sont marquees par la mondialisation et la montee de la corruption dans les economies mixtes. Les deux phenomenes annoncent le declin des morales constructivistes. 4. La formalisation de l'ethique dans l'entreprise appelle plusieurs questions : l'ethique economique est-elle un instrument de gestion ? estelle une condition de sa performance ? 5. Le processus de formalisation a-t-il des limites ? quelle est la portee des chartes ethiques ? de ce point de vue, il semble que les chartes ethiques apportent des reponses positives a l'efficience de la firme, tandis que levolontarisme hostile a l'individualisme methodologique est une source d'inefficacite economique et sociale. 6. L'orientation morale de la firme est conditionnee par l'importance accordee a ses differents acteurs. Deux figures cardinales assurent la coherence de la firme : l'actionnaire et l'entrepreneur. La theorie de la gouvernance - a l'oppose de la theorie du stakeholder - donne une image pertinente de la valeur de l'actionnaire. La theorie autrichienne de l'entrepreneur permet d'apprehender la dimension morale de son action : la coordination du marche et des flux, le bien-etre du consommateur. Une conclusion s'impose : la societe de marche repose sur la plus contraignante des morales, celle qui exige le respect de la liberte individuelle.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 585 p
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 2036/A-B
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.