Evolution de la sédimentation fluviatile en Basse Moulouya (Maroc) au cours de l'holocène

par Hamid Zarki

Thèse de doctorat en Sciences de la Terre. Géologie de la surface

Sous la direction de Jean-Jacques Macaire.

Soutenue en 1999

à Tours .


  • Résumé

    L'oued Moulouya a un bassin de 53500 km² situé dans le Maroc nord oriental à climat semi-aride. Il se jette dans la Méditerranée mais son cours inférieur présente ni l'aspect d'un delta ni celui d'un estuaire. Ces recherches portent sur les 30 km de l'oued. Elles visent à reconstituer l'évolution de la Basse Moulouya au cours de la période récente (Holocène), par l'impact relatif des facteurs (tectonique, climat, lithologie, anthropisme) qui ont guidé cette évolution et mène à l'état actuel. Le lit majeur de la Moulouya est étroit (100 m en moyenne) avec un chenal sinueux et une pente de l'ordre de 0,02%. Les dépôts alluivaux sablo-limoneux y sont peu épais (0-2 m) et le substrat affleure localement sur les berges de l'oued. Ce lit majeur est encaissé dans une unique terrasse alluviale holocène (T1) large environ de 300 m, qui est la trait morphologique et sédimentaire majeur en Basse Moulouya. Cette terrasse T1 est décalée de 2,5 m par une faille transversale à la Moulouya en amont. Les alluvions qui constituent la T1 peuvent atteindre 15 m d'épaisseur. Trois datations absolues de charbons de bois issus de foyers anthropiques conservés en stratigraphie ont montré que l'accumulation sédimentaire a commencé un peu avant 5000 B. P. Et s'est poursuivie un peu après 2300 B. P. Deux faciès principaux ont été identifiés : un faciès de type barre à sable dominant en rive droite de la Moulouya et un faciès de plaine d'inondation à dominante limoneuse en rive gauche. De nombreux indices de déformation souple (Séismités avec redressement du litage ou déformations de type Ball and Pillow) ou cassante (failles et fractures d'orientation N10 à N140 avec une plus grande fréquence à N50) prouvent des évenements néotectoniques syn- et post-sédimentaires bien calés dans la stratigraphie. L'analyse chimique par meb-eds a révélé la présence de Halité dans toutes les coupes en rive gauche, probablement précipité dans un sol de marais halomorphe lors d'une incursion marine (= 2-3 M) vers 5000 B. P. (Optimum climatique de l'Atlantique). Du gypse a aussi été identifié. L'altitude de ce niveau à sel décroit régulièrement de l'amont 14 M à Garma) vers l'aval (3 M à Lahrafif) montrant un fort soulèvement tectonique depuis sa mise en place. L'ensemble de ces données nous a permis de reconstituer l'évolution de la Basse Moulouya au cours de l'holocène. A une phase d'important stockage sédimentaire en contexte de légère subsidence et de transgression marine vers 5 KA B. P. , a succédé un épisode de fort soulèvement (2,3 mm/an-1 en moyenne depuis 55 KA B. P. A 30 km de la mer). Cet exhaussement saccadé, a provoqué une diminution (0,75 mm/an-1 en moyenne entre 5 et 2,3 KA B. P. ) puis l'arrêt de la sédimentation fluviatile et a généré la terrasse T1 par enfoncement du cours d'eau.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (370 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 320-331.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Sciences-Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS-1999-TOUR-4025

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 99 TOUR 4025
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.