Interference immunitaire sur la bioactivite de la gonadotropine chorionique equine (ecg) lors de traitements repetes chez les ovins et les caprins

par FRANCOIS ROY

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Yves Combarnous.

Soutenue en 1999

à Tours .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Chez les petits ruminants, l'association d'un progestagene et de la gonadotropine chorionique equine (ecg) est le seul traitement efficace pour induire et synchroniser l'ovulation, et permettre ainsi la pratique de l'insemination artificielle (ia) et/ou la mise a la reproduction a contre-saison. L'injection de 500 ui de ecg induit la production d'anticorps anti-ecg des le premier traitement. L'amplitude de la reponse immunitaire humorale (rih) est tres variable selon les femelles et l'analyse des rih observees apres quatre traitements avec ecg a permis de demontrer l'existence de phenotype faible, moyenne et forte rih anti-ecg. Une association significative existe entre certains alleles du microsatellite oladrb, localise dans la region des genes du cmh de classe ii et le phenotype forte ou faible rih anti-ecg. Ces resultats suggerent l'implication du cmh de classe ii dans le phenomene de la variabilite de la rih anti-ecg. De fortes concentrations en anticorps anti-ecg residuels (mesurees avant l'injection de ecg) sont correlees avec une diminution de la fertilite apres ia. Cette mauvaise fertilite est due a un retard du moment d'apparition du pic preovulatoire de lh. L'ia etant pratiquee a un moment fixe et predetermine par rapport a la fin du traitement progestatif, l'intervalle de temps entre l'ia et l'ovulation n'est plus optimal chez les femelles qui ovulent tardivement. Chez les ovins, l'impact des anticorps residuels anti-ecg sur la fertilite est moins important car dans les conditions de terrain les femelles agees presentant de fortes concentrations en anticorps anti-ecg ont ete indirectement eliminees de l'ia probablement sur la base de leur faible fertilite de l'annee precedente. Les anticorps anti-ecg n'interferent pas avec les gonadotropines hypophysaires endogenes des femelles mais neutralisent la bioactivite de la ecg injectee, essentiellement par l'effet inhibiteur de ces anticorps sur la liaison de la ecg aux recepteurs lh et fsh.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 114 P.
  • Annexes : 165 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Sciences-Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.