L'œuvre de plain-chant de G. -G. Nivers (c. 1632-1714) : un art du chant grégorien sous le règne de Louis Xiv

par Cécile Davy-Rigaux

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Frank Dobbins.

Soutenue en 1999

à Tours .


  • Résumé

    L'œuvre de Nivers, organiste de Saint-Sulpice, de la chapelle royale et de la maison royale de Saint-Cyr, apparait comme l'une des plus susceptibles d'apporter un éclairage sur le domaine encore mal connu du chant ecclésiastique en France à l'époque baroque. La thèse explore l'ensemble connu de cet œuvre, selon trois parties. La première est consacrée à l'étude de « La Dissertation sur le chant grégorien » (1683), à la fois ouvrage polémique, témoignage vivant d'un praticien chevronné et guide pratique voire même spirituel à l'usage du compositeur/réviseur de plain-chant, et qui invite à partager la « forte inclination » que Nivers déclare avoir eue toute sa vie pour le chant grégorien. Dans le but de formuler l'articulation entre cet écrit et l'œuvre de plain-chant proprement dite, à première vue disparate, la recherche se concentre sur l'étude des critères techniques qui, selon Nivers, définissent une approche correcte de la composition et de la révision du plain-chant. Les deux parties suivantes examinent donc comment Nivers met en pratique ces principes dans ses diverses publications. Respectant globalement leur chronologie, le regroupement de ces dernières est effectué en fonction de leurs destinataires, ce qui permet d'éclairer le contexte qui les a vu naître et de prendre la mesure de l'adaptation du musicien à l'égard des exigences de ces différents publics. La deuxième partie s'intéresse à l'œuvre pour la paroisse et pour le séminaire de Saint-Sulpice, puis à l'œuvre pour les religieuses et à ses prolongements au sein de la maison de Saint-Cyr. La troisième partie étudie les œuvres de révision du chant grégorien (éditions du chant des prémontrés et du chant romain) et de composition (antiphonaire de Cluny) qui peuvent être situées dans le cadre des débats qui animaient les milieux catholiques érudits à partir des années 1670. Cette approche permet de souligner la fermeté de la conception et de la pratique du plain-chant qui caractérise l'ensemble de cet œuvre.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par CNRS éd. à Paris

Guillaume-Gabriel Nivers : un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (687 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 579-621 (569 ref.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Tours. Service commun de la documentation. BU Tanneurs.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par CNRS éd. à Paris

Informations

  • Sous le titre : Guillaume-Gabriel Nivers : un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV
  • Dans la collection : Sciences de la musique
  • Détails : 1 vol. (516 p.)
  • ISBN : 2-271-06167-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [425]-457. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.