"Par un luth Marie aux doulceurs de la voix" : la musique pour voix et instrument à cordes pincées au XVIe siècle

par Véronique Lafargue

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Frank Dobbins.

Soutenue en 1999

à Tours .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Au XVIème siècle, les sources explicitement consacrées au chant au luth sont relativement peu nombreuses. À côté d'une pratique improvisée souvent louée, elles comportent presque exclusivement des adaptations de polyphonies vocales. Quel répertoire, quelle(s) voix chante-t-on de préférence ? Quels aspects peuvent revêtir les transcriptions destinées à l'accompagnement ? Les manuscrits viennent-ils confirmer, nuancer ou compléter ce que nous disent les éditions ? Le fait de travailler sur l'ensemble des sources européennes nous permet d'apporter des réponses en dégageant des constantes, des influences, des évolutions parallèles, mais aussi en mettant l'accent sur des singularités nationales ou régionales. Dans les éditions, le répertoire est plus ou moins diversifié selon les pays. Quoique peu nombreux, les manuscrits révèlent souvent une pratique de genres musicaux plus variés, tant sacrés que profanes. De même, alors que la grande majorité des sources est conçue pour chanter le supérius, le chant d'autres parties, notamment de la basse et de duos vocaux s'avère moins rare qu'on ne le supposait. Les techniques de réduction diffèrent de celles mises en œuvre dans la musique de soliste. De l'exécution de deux des parties, avant c. 1530, a trois puis à la polyphonie complète, la tablature comporte progressivement des traits idiomatiques plus développés. Elle prend des libertés par rapport à son modèle pour devenir un véritable accompagnement. Un petit nombre de sources proposent des tablatures qui ont clairement été écrites indépendamment d'une version polyphonique vocale. Les compositions sur timbre, peu nombreuses dans les éditions et dans les manuscrits, les improvisations sur grille d'accords et basse obstinée, dont on a la chance de possédera quelques exemples notés, jouent un rôle indéniablement important, mais difficile à évaluer, dans l'émergence d'un accompagnement spécifique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (375, 572, 239, 42 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 345-361 (268 ref.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.