Biologie d'une fourmi terricole d'importance economique : myrmicaria opaciventris emery (formicidae, myrmicinae)

par MARTIN KENNE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Alain Dejean.

Soutenue en 1999

à Toulouse 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'ecologie, la biologie et le comportement predateur de myrmicaria opaciventris ont ete etudies afin de savoir si cette fourmi pouvait etre utilisee en lutte biologique contre des termites qui devastent la canne a sucre en afrique centrale. Les colonies, polycaliques (plusieurs nids) et polygynes (plusieurs reines par nid), sont terricoles. Les nids communiquent entre eux par des pistes, tranchees et tunnels mesurant jusqu'a 450 m, de sorte que les ouvrieres exploitent de vastes surfaces sans s'eloigner d'un element de ce reseau. L'essaimage a lieu le matin, apres les premieres precipitations de la saison des pluies. Les reines fondatrices s'installent preferentiellement dans des zones ou le sol est mis a nu, expliquant le caractere anthropique de l'espece. Dans les colonies adultes (i. E. Produisant des sexues) la caste ouvriere, faiblement polymorphe, permet de distinguer des minor, media et major qui participent aux differentes taches. Les major, plus rares que les minor et les media, sont des gardes. Ils participent a l'excavation du nid. Les ouvrieres chassent en groupe, chacune etant peu eloignee de congeneres. Une ouvriere qui decouvre une proie recrute des congeneres sur place grace a des signaux visuels et olfactifs (pheromones). Ce comportement est bien adapte a la chasse de grosses proies qui sont ecartelees par un groupe d'ouvrieres pendant que d'autres etalent leur venin sur la proie (aiguillon spatule). C'est ainsi que les soldats de termite sont elimines, alors que les ouvriers sont captures individuellement, chaque capture entrainant le recrutement de nouvelles fourmis par effet autocatalytique. Les arguments favorables a l'utilisation de cette fourmi en lutte biologique (grandes colonies se developpant dans les plantations, excellent predateur de termites dont elles peuvent limiter les populations) sont contrebalances par ses relations avec les homopteres comme les auchenorrhynques qui sont souvent des vecteurs de maladies de plantes cultivees.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 190 p.
  • Annexes : 400 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1999TOU30103
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.