Le chemin de Grenade : la Reconquête iberique dans les textes litteraires et les représentations figurées (XIIIeme-XVIeme siècles)

par Marie-Luce Septsault-Gouéllain

Thèse de doctorat en Études ibériques

Sous la direction de Jean-Pierre Almaric et de Maurice Berthe.

Soutenue en 2000

à Toulouse 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    À partir de sources artistiques et littéraires des XIIIe-XVIe siècles, ce mémoire s'attache à l'étude de la Reconquête ibérique non pas en tant que succession d'événements historiques mais comme objet d'un discours. Quels sont les présupposés idéologiques qui guident les récits sur la Reconquête ? Comment l'imaginaire de la Reconquête informe-t-il les cadres de la société ibérique ? L'affirmation d'un idéal de la Reconquête repose sur des postulats multiples : la mise en forme des thèses néogothiques fait de la reconquête une marche vers l'unité perdue, sur le plan territorial, politique et religieux ; la permanence de l'état de guerre multiplie les interrogations sur le bon usage de la guerre considérée comme une entreprise collective. Dans le récit des grandes étapes de la Reconquête, les diverses sources utilisées font appel à des descriptions matérielles très précises quant a l'art de faire la guerre, aux armes utilisées, aux contraintes subies pendant les sièges ou dans la guerre maritime ; elles montrent également la familiarité de l'homme médiéval envers le divin par la multiplication des interventions de saints, de miracles et le culte des héros. Au terme du travail, il apparaît que la Reconquête est au cœur du système de représentations de la société ibérique : elle est l'élément central de la mise en ordre de la société chrétienne et guide l'émergence d'une persécution officielle faisant de l'unité religieuse la condition préalable à la cohésion de la société médiévale. De même, la Reconquête est souvent inséparable de la légitimation du pouvoir : si la monarchie castillane est dépourvue de sacre, c'est que la Reconquête prouve matériellement la communion privilégiée entre les rois de Castille et le divin. Enfin, si les rois ibériques apparaissent le plus souvent à l'image de Dieu, c'est que l'histoire de la Reconquête, à travers les sources utilisées, est élaborée en référence constante à la Bible et s'apparente souvent au mythe.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (714 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 646-676

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre national de la recherche scientifique. Laboratoire France méridionale et Espagne. Bibliothèque méridionale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU 2142
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 123

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/3204
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.