La vision de Byzance chez les historiens du XIXe siècle en France, en Angleterre et en Allemagne

par Lydie Levêque

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Alain Ducellier.

Soutenue en 1999

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    L'image négative de Byzance puise ses racines dans les chroniques occidentales du Moyen âge. Au XVIIIe siècle, elle est diffusée par les philosophes Montesquieu et Voltaire et par les historiens Lebeau et Gibbon. C'est sur ces bases que se constitue l'histoire byzantine. Au début du XIXe siècle, les romantiques assimilent Byzance à une longue décadence de l'empire romain où règne le luxe, le vice et la perfidie. Cependant, il se dessine déjà une image plus nuancée chez les historiens allemands avec la deuxième moitié du XIXe siècle, l'image de Byzance évolue. Le philhellène anglais Finlay, les premiers spécialistes allemands Hopf, Kugler, et le français Rambaud font progresser l'histoire byzantine. De nombreux préjugés demeurent notamment lorsque son histoire se heurte aux prérogatives ou sert de faire valoir aux enjeux occidentaux et nationaux du XIXe siècle. Ce phénomène est amplifié dans le dernier quart du XIXe siècle chez certains historiens français qui ont mal vécu la défaite de 1870 (Lavisse, Renan). Cependant, la vision de Byzance s'améliore grâce à quelques spécialistes allemands : Neumann, Krumbacher, Heyd, anglais : Bury, français : Gasquet, Schlumberger. Ces historiens ont permis de mettre fin à un certain nombre d'à priori. Ce travail se poursuit en France et en Allemagne dans le premier XXe siècle avec des spécialistes tels Diehl, Chalandon. A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la vision de Byzance a donc évolué favorablement sous l'influence de l'école allemande. Cette évolution n'apparaît pas dans les manuels scolaires et des images conçues parfois plusieurs décennies auparavant sont encore d'actualité. Pourquoi une image si négative ? L'histoire de Byzance a porté des enjeux essentiels (légitimité impériale, évangélisation, culture) qui la mettait en concurrence avec les revendications de l'Occident. Son histoire est un discours au service de stratégies politiques ou religieuses, culturelles ou nationales. Son histoire a servi de contremodèle à toutes les passions qui ont animé le siècle. Au début du XXe siècle, Byzance devient le domaine réservé des spécialistes et acquiert ses lettres de noblesse

  • Titre traduit

    The historians' vision of Byzance in the 19th century in France, England and Germany


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par ANRT à Lille

La vision de Byzance chez les historiens du XIXe siècle en France, en Angleterre et en Allemagne


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (447 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 408-435

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 665
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par ANRT à Lille

Informations

  • Sous le titre : La vision de Byzance chez les historiens du XIXe siècle en France, en Angleterre et en Allemagne
  • Dans la collection : Lille-thèses , 32914 , 0294-1767
  • Détails : 2 microfiches
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.