Contribution à l'étude de la sémantique de l'espace et du temps : analyse des verbes de déplacement transitifs directs du français

par Laure Sarda

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Andrée Borillo.

Soutenue en 1999

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Parler de classe de "verbes de déplacement" laisse supposer qu'il s'agit d'une classe homogène rassemblant des verbes présentant un ensemble de propriétés communes, et se distinguant clairement d'autres verbes, non spatiaux. Notre étude des verbes entrant dans la construction transitive directe [SN Léon V traverse SN la rue] (cf. Table 38L1 du LADL : monter, traverser, heurter, atteindre etc. ) a cependant révélé une profonde hétérogénéité de la classe. Mais, au delà de son aspect descriptif et classificatoire, cette thèse propose une réflexion sur l'articulation entre transitivité syntaxique et transitivité sémantique. D'un point de vue cognitif, il est paradoxal d'exprimer du mouvement (phénomène parfaitement continu) dans une construction transitive directe qui exprime prototypiquement une action télique ou un sujet agent affecte un objet patient. Mais ce paradoxe disparaît si l'on fait l'hypothèse que la relation de localisation n'est pas directement déterminée par rapport à l'objet. Cette thèse soutient, en se fondant à la fois sur la définition d'une ontologie des entités spatiales, ainsi que sur la théorie des forces dynamiques de Talmy et sur la théorie multifactorielle de la transitivité de Hopper & Thompson, que l'attribution, à l'objet direct, des rôles sémantiques concurrents (patient vs site) repose sur le caractère plus ou moins direct du rapport v0. Schématiquement, on a établi une classification des verbes reposant sur un continuum défini entre les verbes proprement locatifs qui expriment intrinsèquement un procès dynamique, et les verbes d'action qui expriment une action induisant accessoirement un déplacement. La thèse présente les critères qui ont permis d'établir une typologie de ces verbes, en insistant tout particulièrement sur les rapports étroits existant entre le mode d'ancrage référentiel d'une relation de localisation par rapport à une entité, la nature ontologique de cette entité, l'aspect du verbe et son degré de transitivité sémantique

  • Titre traduit

    Contribution to the study of the semantics of space and time : analysis of the French direct transitive motion vers


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (242 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 233-242

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.