Vies de saints et vie de famille : représentation et système de la parenté dans le royaume mérovingien (481-751) d'après les sources hagiographiques

par Isabelle Réal

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pierre Bonnassie.

Soutenue en 1999

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Exploiter les vies de saints afin de connaître les pratiques et les structures de parenté à l'époque mérovingienne, tel est le projet de ce travail de recherche. Il se place ainsi dans une double perspective historiographique : celle de l'histoire de la famille au Moyen âge qui intéresse les historiens-anthropologues depuis une trentaine d'années, et celle relativement récente de l'utilisation des sources hagiographiques en tant que document historique. Problématique double par conséquent, portant à la fois sur l'analyse critique de ce type de sources et sur l'objet de recherche proprement dit, la parenté. La méthode a consisté dans un premier temps à interroger les vies de saints (soit 99 vitae et 5 œuvres hagiographiques de Grégoire de Tours) et à décrypter les images de famille qu'elles renvoient, puis à confronter ces premières données avec ce que disent les autres sources contemporaines (à savoir 3 chroniques, les dix livres d'histoires, la chronique de Frédégaire, et le Liber historiæ francorum, les 2 lois, salique et ripuaire, les canons conciliaires, et les 4 formulaires d'Auvergne, d'Angers, de Marculf et de Tours), un éventail documentaire suffisamment varié pour mener une étude comparative. Quant à la démarche analytique, elle a respecté autant que possible les principes d'investigation anthropologique, avec pour angle d'attaque une étude de la terminologie de la parente permettant de cerner les structures du groupe familial, complétée par un relevé systématique de toutes les pratiques familiales : formes et évolution du mariage, système de filiation et attitudes appropriées entre chaque parent. La thèse se décompose de fait en trois parties : l'analyse des mots et des images de la parenté, tout d'abord, qui affirme unanimement la place centrale de la famille conjugale, tout en révélant les éclairages particuliers que lui donne chaque source ; l'étude de l'alliance matrimoniale d'autre part sur lequel les vitae donnent deux niveaux d'information, le premier sur la position de l'Église très réservée à son égard, le second sur les contraintes sociales et les rituels matrimoniaux en vigueur dans le royaume franc ; enfin, le troisième volet porte sur les attitudes familiales, les vies de saints offrant un éclairage exceptionnel sur le monde de l'enfance et les relations affectives au sein de la cellule conjugale.

  • Titre traduit

    Lifes of saints and family life : representation and system of kinship in the Merovingian kingdom (481-751) from hagiographic sources


  • Résumé

    This study aims to examine kinship practices and structures during the early Middle Ages, or Merovingian era, through the analysis of the vitae sanctorum. It has been treated from two historiographic angles: from the history of the family in the middle ages which has interested anthropological historians for the last thirty years or so, and from hagiographic sources which have recently become used as historical documents. The problematics encountered are consequently of two distinct natures as they involve both the critical analysis of this type of source and the issues inherent in the central subject itself: kinship. The method used consisted of making an initial in-depth analysis of the vitae sanctorum (99 vitae and five hagiographic works by Grégoire de Tours) to look at how the family is represented, and of comparing this information with a broad spectrum of contemporary sources such as the three chronicles, ten history books, the chronicle of Frédégaire and the Liber historiæ francorum, the Salic and riparian laws, the conciliar canons and the four formularies of Auvergne, Angers, Marculf and Tours. The analytical approach was based as closely as possible on the principles of anthropological research, starting with the study of kinship terminology to identify family group structures and ending with the systematic recording of all types of family practice: forms of marriage and their evolution, filiation systems, and appropriate attitudes between family members. The thesis is divided into three parts: an initial analysis of kinship terminology and images, which demonstrates the central role played by the marital unit illustrated by specific examples from each source; a study of the matrimonial alliance about which the vitae provide information on the highly reserved position of the church and on social constraints and marital rites during the Frankish dynasty; finally, a third part on family attitudes-the vitae sanctorum throwing a great deal of light on childhood and on emotional relationships within the marital unit.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (762 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 709-757

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL 33-1998-1-1,2
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre national de la recherche scientifique. Laboratoire France méridionale et Espagne. Bibliothèque méridionale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU 1819
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.