Modulation in vitro de l'expression de la proteine basique encephalitogene de la myeline par la l-3, 5, 3 - triiodothyronine (t3) et distribution des isoformes du recepteur de t3 dans l'encephale du mutant dysmyelinique jimpy

par FABIENNE BURY

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Louis Sarliève.

Soutenue en 1999

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'objectif de ce travail etait de determiner l'action de la triidothyronine (t3) sur les proteines basiques (mbp) des oligodendrocytes (ol) responsables de la formation des gaines de myeline du systeme nerveux central (snc), lorsque ces cellules sont cultivees en presence de neurones ou d'astrocytes. Le mode d'action de t3 passe par une interaction avec des recepteurs nucleaires specifiques. Trois sont fonctionnels (rt31, rt31, rt32) et rt32 qui ne fixe pas t3 est un antagoniste des rt3 1 et. Leur expression distincte au cours de l'ontogenese du snc suggere des fonctions specifiques et donc la regulation de genes cibles (gene mbp). L'interet du travail s'est donc porte sur l'expression des rt3 cerebraux tant in vitro qu'in vivo. Les cultures secondaires d'ol de rat ou de souris et le mutant dysmyelinique de la souris jimpy presentant des anomalies histologiques de l'hypophyse anterieure et de la glande thyroide ont ete utilises comme modeles d'etude. Nous montrons qu'in vitro (1) l'expression des arnm de la mbp augmente de 41% des l'adjonction de 50% de milieu conditionne de neurones (mcn) ; (2) cinq isoformes de 21,5 ; 19,5 ; 18,5 ; 17 et 14 kda ont ete identifiees par western immunoblotting. T3 a un effet stimulateur (16-40%) sur toutes les isoformes lorsque le mcn est utilise a 75% ; (3) l'effet indirect qu'exerce t3 est medie par les neurones et non par les astrocytes ; (4) une nouvelle isoforme de mbp de 19,5 kda a ete mise en evidence dans les ol de rat en culture. La recreation in vitro d'un environnement hypothyroidien inhibe totalement son expression ; (5) par triple marquage immunocytochimique, les ol de souris en culture montrent que les rt3 fonctionnels 1 et 1 et probablement la variante 2 sont colocalises dans les pre-ol et les ol. Nos etudes in vivo montrent que (1) par western immunoblotting le taux des rt3c (1 + 2) et 1 cerebraux est tres inferieur chez la souris normale et jimpy a celui trouve dans le foie ou le rein ; (2) les profils d'expression des rt3c et 1 des souris normale et jimpy different ; (3) l'expression des rt31 evaluee par double marquage immunohistochimique dans les ol du cervelet de souris jimpy est retardee au cours du developpement postnatal.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 175 p.
  • Annexes : 463 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.