Expression chez escherichia coli et etude fonctionnelle des recepteurs opioides humains , et

par LAURA STANASILA

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Franc Pattus.

Soutenue en 1999

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les peptides opiaces constituent une famille de neuromodulateurs dont le role principal est la regulation des voies nociceptives au niveau spinal et supraspinal ; ils sont impliques egalement dans la reponse de l'organisme au stress, ainsi que dans la modulation des fonctions vegetatives, de la locomotion et du comportement affectif. Les peptides opiaces agissent par l'intermediaire des recepteurs opioides, membres de la famille de recepteurs couples aux proteines g. Ces recepteurs ont ete classes d'un point de vue pharmacologique comme appartenant a trois sous-types : , et. Ce travail a consiste dans la mise au point de l'expression heterologue des recepteurs humains aux opiaces dans la bacterie escherichia coli. Plusieurs strategies d'expression ont ete testees, visant a evaluer le role de facteurs comme l'adressage membranaire ou cytoplasmique de la proteine a exprimer, la presence de sequences signal et de partenaires de fusion, le choix du promoteur et de la souche bacterienne. Des recepteurs correctement replies, capables de lier avec une haute affinite les antagonistes opioides, ont ete obtenus. Le taux d'expression atteint a permis la caracterisation pharmacologique de ces recepteurs dans l'environnement procaryote et l'etude de l'influence de la composition lipidique de la membrane et des modifications post-traductionnelles comme la glycosylation sur la liaison des ligands. Le couplage aux proteines g trimeriques a ete reconstitue in vitro, prouvant la fonctionnalite des recepteurs exprimes chez la bacterie. La selectivite de couplage des recepteurs opioides envers differentes sous-unites g a ete etudiee par l'expression chez e. Coli de fusions recepteur-g, en tirant parti de l'absence d'homologue bacterien de la voie de transduction de signal mediee par les proteines g. Les resultats obtenus en presence et en absence de dimeres g ont confirme le couplage de ces recepteurs aux proteines g de la famille gi/o et ont mis en evidence la capacite des recepteurs a adopter de multiples conformations, differemment aptes a lier les differents agonistes, en fonction de la sous-unite g avec laquelle ils interagissent. Ces resultats contribuent ainsi a expliquer les effets agoniste-dependants de la transduction du signal par le biais des recepteurs couples aux proteines g.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 215 P.
  • Annexes : 495 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.