L'influence d'une pensee religieuse de type ascetique sur la conception de la forme en architecture lors de l'emergence du mouvement moderne. L'architecte, le sacre, le secret

par DOMINIQUE PENEAU

Thèse de doctorat en Sciences et techniques

Sous la direction de Alain Rénier.

Soutenue en 1999

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'architecture dans la culture occidentale est liee, des ses origines, a des programmes symboliques et religieux qui participent du sacre. Le christianisme, depuis l'antiquite tardive jusqu'au moyen-age, a initie des modes de conception portes par une vision transcendantale du sacre. Avec la renaissance et plus encore avec la religion reformee et le calvinisme, s'opere un deplacement du sacre vers le profane sous l'effet d'une individualisation du rapport a la divinite. Des lors, le sacre deserte les spheres de la transcendance, pour investir le domaine du quotidien et de l'usage sous le sceau de l'immanence. Cette sacralisation du quotidien, d'origine monastique et notamment cistercienne, se traduit par l'emploi d'un langage esthetique epure, de type ascetique, qui devient le fondement du fonctionnalisme et la marque, des architectes du mouvement moderne. Parmi ceux-ci le corbusier, de culture calviniste, tente d'imposer a l'echelle planetaire, le modele esthetique minimaliste de la machine a habiter concu selon les criteres d'une morale rigoureuse et qui repond aux normes du processus industriel. Ce modele international, teinte de religiosite japonaise dont la sacralite originelle n'a pas ete devoilee, est demeure etranger aux aspirations des habitants et explique pour partie, la cesure qui persiste entre les architectes et le corps social. Il y aurait donc dichotomie entre la sacralite formalisee par la sublimation du depouillement et de la vacuite et les aspirations d'ordre profane des habitants. Entre les architectes et les habitants s'interpose la presence secrete du sacre, source persistante d'equivoque.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 736 p.
  • Annexes : 450 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2404
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.