Les figures de l'Autre dans la cure avec les enfants : chez S. Ferenczi, A. Freud, M. Klein, D.W. Winnicott, F. Dolto, R.et R. Lefort

par Martine Fourré

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Claude Maleval.

Soutenue en 1999

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Hypothèse: l'enfant aux prises avec sa névrose infantile agit selon sa perception de son Autre, personne ou lieu d'adresse de sa parole. Chez les premiers psychanalystes d'enfants, nous vérifions si oui ou non, un écueil de l'acte est que l'analyste en vienne à se conformer à ce que l'enfant induit de sa perception de son Autre. Le fantasme devient réalité. Les défenses sont renforcées. La méprise: l'analyste saurait le bien de l'enfant, sa nature et agirait en conséquences: comme père, mère, enfant, analyste. . . Idéal. S. Ferenczi et Freud se disputent leur savoir sur le Père (de la psychanalyse), Bon analyste. M. Klein redouble l'appel à la bonne Mère de certains transferts. A. Freud selon le fantasme de l'enfant d'âge œdipien construira des lois de son développement psychosocial. D. W. Winnicott en jouant, déjoue les agirs infantiles, et dessine la présence symboliques de l'analyste dans la cité (exigence de la parole). F. Dolto se fait l'Autre de la Vérité, donne à l'enfant le savoir sur son fantasme. Pour tous la castration symbolique est le but de la cure: l'analyste la donne en comblant les besoins "psy ". R et R. Lefort ne vérifient pas ce collage. Le sujet s'ouvre à son désir, non d'un savoir sur lui, mais de son accès à sa parole. Le rapport du sujet aux signifiants, au défaut phallique de la chose pulsionnelle est mis en fonction. L'hypothèse est vérifiée. L'analyste d'enfant n'est pas les figures imaginaires ou réelles de l'Autre. L'histoire des concepts vérifie que le savoir inconscient est côté enfant et non, côté analyste. La fin de la cure: l'enfant se fait sujet du discours de la science, dont il est l'objet du malaise de la civilisation. La définition ne se fait plus par opposition au social, mais selon la visée des demandes qui la fonde sur l'appel du sujet. Cette vérification pose une différence d'avec toute idéologisation de la psychanalyse, une remise en question de l'acte social: sa réponse aux appels et demandes qui lui sont posés.

  • Titre traduit

    ˜The œmages of the Other in the cure with children : according to S. Ferenczi, M. Klein, A. Freud, D.W. Winnicott, F. Dolto, R. et R. Lefort.


  • Résumé

    Hypothesis: the child grappling with his/her infantile neurosis acts according to his/her perception of his;/her Other, a person for whom or a place for which his/her speech is meant. Ln the work of the first psychoanalysts for children, we check whether or not a stumbling block of the act is that the analyst comes to conform with what the child infers from his/her perception of his/her Other. Fantasy becomes reality. Defences are reinforced. The misunderstanding : the analyst would know what is good for the child, his/her nature and would act accordingly: as a father, a mother, a child, an. . . Ideal analyst. M. Klein once again invokes the good Mother of certain phenomena of transference. A. Freud builds, according to the fantasy of the child in his/her oedipian age, laws to his/her psychosocial development. D. W. Winnicott, playing, frustrates the child's actings and outlines the symbolical presence of the analyst in the city (the demand of speech). F. Dolto becomes the Other of the Truth, gives the child the knowledge on his/her fantasy. Symbolical castration is, for everyone, the goal of the cure : the analyse delivers it while fulfilling the so called "psy" needs. R et R. Lefort do not check this collage. The subject opens to his/her desire, not of a knowledge of himself/herself, but of his/her access to his/her speech. The relationship of the subject with the signifiers, with the phallic deficiency of the drive, is put into function. The hypothesis is confirmed. The analyst for children is not the imaginary or real images of the Other. The history of concepts confirms that unconscious knowledge is on the child's side- and not on the analyst's. The end of the cure: the child becomes a subject to the science discourse of which he/she is the object of the discontent of civilisation. The definition is no longer given in opposition with the social but according to the aim of the questions which founds it on the invocation of the subject. This confirmation shows a difference with ail "ideologization" of psychoanalysis, a questioning of the social act : its response to invocations and questions asked.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (551 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 538-551.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 1999/88

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1999/REN2/0044
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.