Entre réel et imaginaire : la fonction du discours mélancolique

par Yann Botrel

Thèse de doctorat en Psychopathologie

Sous la direction de Loïck M. Villerbu.

Soutenue en 1999

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Le concept de forclusion de l'imaginaire provoquée par la perte, qui se répercute sur le narcissisme, du sein maternal en tant qu'objet réel nous paraît au fondement de la mélancolie. Il conditionne la défaillance identificatoire du stade du miroir, l'impasse de la construction fantasmatique, et prépare un vécu réel de la castration. En accord avec la nosologie freudienne, nous controversons la phénoménologie et la psychiatrie qui classent la mélancolie dans la folie ou la psychose maniaco-dépressive, ainsi que des psychanalistes adoptant cette classification. Le sujet mélancolique semble marqué du signifiant sein, non du signifiant phallique. En témoigne son langage sans ponctuation donnant sens, constitué d'un réseau métaphorique, non d'une chaîne métonymique. Le dernier recours est le symbolique qui permet de mettre à distance un Réel impossible sans intermédiaire imaginaire : le sujet mélancolique construit ainsi un langage rigoureux et formel pour redonner sens à ce Réel. Nous concluons notre recherche par une interrogation de la cure pour une modification de son cadre, afin de préciser les processus de transfert et d'interprétation. Ce nouveau cadre permettrait à l'analysant d'accèder à la relation oedipienne, puis à une identification à une image de Père symbolique, dont l'interprétation conduirait à la mise en place du signifiant phallique, origine du sens du langage, et du désir que recouvre la chaîne métonymique.

  • Titre traduit

    Betweeen real and imaginary : the function of melancolic speech


  • Résumé

    The imaginary debarment concept caused by the loss of the maternel breast which rebates on narcissism, seems to me the foundation of melancholia. This concept conditions the identifying lapse of the mirror stage, the fantastical construction, and prepares a real life of castration. In agreement with freudian nosology, we debate phenomenology and psychiatry which classify melancholia in manic-depressive madness or psychosis, as it psycoanalysts adopting this classification. The melancolic subject seems marked by signifiant "breast", not by phallic signifiant. His language without ponctuation giving meaning attests. It's composed of methaphorical network, not a metonimycal connected speech. Then the last appeal is the symbolic which allows to put at distance an impossible Real without imaginative intermediary : though melancolic subject constructs a rigourous and formal language to restore Real meaning. We conclude our research with a talking cure test for its structure change, in order to specify transference and interpretation process. It's question to set the analysand in the presence of an anlyst couple, a "vacilllating listening ear" woman, a protagonis interpretation man. This new structure would allow the analysand to couply with oedipian relation then an identification speech covers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (174 f.)
  • Notes : Reproduction autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.156-159

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1999REN20041
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.