Influence des activites des lombriciens sur la dynamique (disponibilite, transfert) du phosphore en sols temperes

par RENEE-CLAIRE LE BAYON

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Yves Frenot.

Soutenue en 1999

à Rennes 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail de recherche traite de (i) l'impact des vers de terre a l'echelle de l'individu sur la redistribution et la biodisponibilite du phosphore au sein de microsites particuliers du sol (turricules, galeries), et (ii) de la contribution potentielle des turricules de vers de terre a l'erosion des sols et aux transferts de phosphore. Des etudes ont ete realisees sur une parcelle de mais en conditions naturelles ou artificielles (simulation de pluies) ainsi qu'au laboratoire (microcosmes). La redistribution du phosphore et de la matiere organique au sein des dejections des vers de terre est fonction du comportement de celui-ci et de ses preferences alimentaires. Les dejections et les galeries sont des microsites particuliers ou se deroulent des processus physicochimiques (adsorption/desorption) et des activites microbiologiques (phosphatase) susceptibles de favoriser la disponibilite du phosphore. L'abondance des turricules au champ est principalement fonction de l'activite saisonniere des vers de terre, mais aussi des perturbations anthropiques (labour, recolte). De meme, une heterogeneite spatiale des turricules est observee a l'echelle de l'inter-rang (influence de la compacite du sol) et de la parcelle (spots lies a la presence de nourriture). La complexite des interactions entre les activites biologiques (macrofaune) et les phenomenes d'erosion des sols a ete montree. Alors que l'humidite du sol creee par les pluies favorise l'activite des vers de terre, l'impact vertical des gouttes de pluie est le principal facteur d'erosion des turricules. Sous pluies naturelles, aucune correlation n'a ete montree entre la disparition des turricules en surface de sol et l'augmentation des teneurs en sediments et en phosphore des eaux de ruissellement recoltees, a l'exception de periodes bien definies (orages, trains de pluies). Les turricules ne sont pas transportes dans leur integralite mais subissent une erosion progressive qui varie en fonction de leur stabilite. Les fines particules detachees sont alors transportees par les eaux de ruissellement et redistribuees au fur et a mesure de leur trajet. En retour, la rugosite creee par la presence des turricules ralentit la formation de la lame d'eau et favorise la percolation au detriment du ruissellement.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 152 p.
  • Annexes : 132 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 1999/125
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.