Reponses comportementales, digestives, hormonales et metaboliques a la restriction energetique chez la truie gestante : effets d'une incorporation de fibres alimentaires dans la ration

par YANNICK RAMONET

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de LOUIS AIME AUMAITRE.

Soutenue en 1999

à Rennes 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La restriction alimentaire imposee a la truie au cours de la gestation conduit a maintenir une forte motivation alimentaire prejudiciable au bien-etre de l'animal. L'incorporation de constituants parietaux dans la ration constitue un moyen pour augmenter les quantites distribuees, donc l'encombrement du tube digestif, sans accroitre l'apport energetique quotidien. L'objectif de ce travail est de preciser l'effet du taux et/ou de la nature des regimes riches en fibres alimentaires sur les reponses comportementales, digestives, hormonales et metaboliques de la truie gestante. L'apport de fibres vegetales reduit la digestibilite de l'energie et des constituants de la ration. La production de chaleur des truies alimentees avec un regime riche en fibres est augmentee principalement par la composante a long terme de l'effet thermique du repas. Le pic postprandial de production de chaleur ainsi que le temps d'apparition des pics de glycemie et d'insulinemie sont retardes avec l'utilisation de fibres alimentaires. L'effet des regimes fibreux sur le comportement se caracterise par une reduction de l'activite motrice des truies au cours du nycthemere, une augmentation de la duree du repas et des actes de mastication ainsi que par une reduction de la vitesse d'ingestion. La motivation alimentaire mesuree en tests de conditionnement operant n'est pas affectee par la nature des constituants parietaux de la ration 4,5 et 23 h apres le repas. En revanche, la distribution de regimes fibreux reduit de la frequence des comportements stereotypes de 28 a 40% dans la phase postprandiale. Les modifications metaboliques et comportementales induites par la presence de fibres sont plus marquees avec la pulpe de betterave comparativement au son de ble. En conclusion, l'addition de parois vegetales dans l'alimentation de la truie ralentit les processus digestifs et l'absorption des nutriments. Elle permet d'augmenter les stimulations orales lors du repas et de reduire la frequence des stereotypies. Neanmoins, ces effets sont limites aux deux heures suivant la distribution alimentaire et dependent etroitement des proprietes physico-chimiques de l'aliment. Un regime riche en fibres peut donc etre recommande pour ameliorer les conditions d'alimentation de la truie gestante.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 154 p.
  • Annexes : 293 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 1999/89
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.