Architecture hydraulique d'une talle de fétuque élévée (festuca arundinacea schreb. ) ; implications pour les relations entre la transpiration et l'expansion foliaire

par Pierre Martre

Thèse de doctorat en Physiologie. Biologie des organismes, populations, interactions

Sous la direction de CLAUDE VARLET GRANCHER.

Soutenue en 1999

à Poitiers .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'objectif de cette these etait d'analyser et de quantifier, d'un point de vue hydraulique, le couplage entre la transpiration et la croissance foliaire d'une talle de fetuque elevee. En condition de faible transpiration, nous avons mesure une difference de potentiel hydrique induite par la croissance de 0. 3 mpa. Le long de la zone de croissance, la continuite hydraulique du protoxyleme est assuree par la plasticite des vaisseaux et leur maturation echelonnee dans le temps, et le depot local d'eau est correle a la surface d'echange entre le protoxyleme et les cellules en expansion. Du fait de la maturation des vaisseaux de metaxyleme, la conductivite hydraulique du xyleme (k h) augmente d'un facteur 25 dans la zone de maturation. Le profil spatial de k h dans les feuilles matures a une forme en cloche, avec un maxima pres de la ligule. Nous avons mesure la conductance totale du systeme racinaire et des limbes en croissance et matures. Nous avons utilise un modele d'analogie electrique pour calculer la conductance radiale specifique foliaire des limbes, ainsi que pour calculer les flux et les potentiels hydriques locaux dans la talle en croissance. Les variables d'entree de ce modele sont : (i) les conductances radiale et axiale, (ii) les flux de transpiration et de croissance des differentes feuilles de la talle. Cette modelisation de l'architecture hydraulique de la talle nous a permis de montrer que, (i) dans les feuilles matures, l'anisotropie des conductances radiale et axiale entraine une homogeneisation du potentiel hydrique du xyleme, (ii) dans les feuilles en croissance, la faible k h dans la partie basale entraine un fort gradient de potentiel hydrique dans cette partie du xyleme de la feuille, qui reduit la difference de potentiel hydrique induite par la croissance. L'ensemble de ces resultats contribue a l'idee que la croissance est limitee par la disponibilite de l'eau, qui depend fortement du flux de transpiration des differentes feuilles de la talle.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 149 p
  • Annexes : 358 réf. bibliogr

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Section Sciences, Techniques et Sport.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 99/POIT/2347
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Section Sciences, Techniques et Sport.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.