Etude des biotransformations de différentes formes de l'arsenic en traces et ultra traces en présence de certaines souches pures de micro-organismes

par Nathalie Molénat

Thèse de doctorat en Chimie et microbiologie de l'eau

Sous la direction de Raoul Pinel.

Soutenue en 1999

à Pau .


  • Résumé

    L'arsenic est un polluant fréquemment rencontré dans l'environnement. Son cycle est modifié par des transformations chimiques et biologiques et les différentes espèces arséniées formées sont de toxicités variables. L'objectif principal de ce travail est de mettre en évidence les biotransformations de différentes formes arséniées par des souches pures de micro-organismes. La première partie de ce mémoire est une étude bibliographique décrivant l'arsenic comme un polluant de l'environnement (origines, formes chimiques, répartition, toxicité). Dans une deuxième partie, l'optimisation d'un couplage analytique de spéciation de l'arsenic (génération d'hydrures, piégeage cryogénique, séparation chromatographique, détection par spectrométrie d'absorption atomique) est décrite. Il permet une analyse fiable et reproductible des formes minérales (AIII, ASV) et des formes méthylées (acide monométhylarsonique, acide diméthylarsinique, oxyde de triméthylarsine) avec des limites de détection comprises entre 3 et 11 Ng. L/1. De nombreux échantillons naturels (eaux, lixiviats de sols) ont également été analysés. La dernière partie de ce travail concerne l'étude des biotransformations de l'arsenic par les micro-organismes. Six champignons et cinq levures ont été cultivés en présence de 200 Ng. Ml/1 d'arsenic, sous différentes formes. Le champignon scopulariopsis brevicaulis est capable de méthyler ASIII, ASV, MMAA et DMAA en TMAO. L'effet de différents paramètres (Ph, concentration en phosphate, en arsenic) a été mis en évidence sur la méthylation. Un modèle de mécanisme pour transformer ASV en TMAO est proposé. Toutes les autres souches pures étudiées réduisent ASV en ASIII. Seulement deux champignons (aspergillus ochraceus, aspergillus fumigatus) methylent uniquement le MMAA en DMAA et TMAO. Ces résultats témoignent d'une spécificité de la methylation vis à vis de chaque souche et de chaque forme arséniée. Différents processus, probablement enzymatiques interviennent dans ces méthylations.

  • Titre traduit

    Biotransformations of traces and ultra-traces of different arsenic species by pure strains of microorganisms


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (190 p.)

Où se trouve cette thèse ?