La préemption de l'image dans les romans de Don Delillo

par Carlo Brooks

Thèse de doctorat en Littérature américaine

Sous la direction de Bertrand Rougé.

Soutenue en 1999

à Pau .


  • Résumé

    La preeminence de l'image, evidente dans l'oeuvre romanesque delillo, est ici rapportee a la notion de preemption de l'image consideree selon la definition que martin heidegger donne de l'image : l'"image" n'est pas une copie de l'etant mais la maniere dont celui-ci est rendu calculable par une preemption de tout ce qui ne correspond pas a un schema coherent. Weltbild (l'image-monde) n'est pas une image du monde mais le monde saisi comme une image. De meme, chez delillo, l'amerique est saisie comme une image: ses personnages cherchent une coherence dans l'image tout en manifestant un regret pour le "tableau entier," avec ses defauts, ses peripeties et ses dangers. La preemption de l'image est ensuite examinee au niveau du langage, notamment de la maniere dont le signifiant preempte le signifie pour se presenter comme une image completement souveraine vis-a-vis de la signification et de la reference. Enfin, la preemption de l'image est analysee dans son rapport avec la nature. On peut deceler chez les personnages de delillo un desir de connaitre une nature non determinee par la main de l'homme. Cependant, notre capacite a discerner le naturel est viciee par l'element autoreferentiel qui s'immisce dans les evenements et dans le moi. Il existe egalement chez delillo une preemption de l'image "naturelle," a savoir l'utilisabilite heideggerienne (zuhandenheit). Les personnages de delillo veulent percer la preemption de l'utilisabilite et fixer l'etant des yeux comme un objet "naturel. " or, ce desir d'une perspective surhumaine n'est rien d'autre que le desir de preempter l'etant au sens heideggerien de l'image.

  • Titre traduit

    The preemption of the image in don de lillo's novels


  • Résumé

    The obvious preeminence of the image in the work of don delillo is related here to the notion of preemption of the image considered according to the definition martin heidegger gives to the image: the "image" is not a copy of what is but the way in which the latter is made calculable by the preemption of all that does not fit into a coherent pattern. Weltbild (the world image) is not an image of the world but the world seized as an image. Likewise, in delillo's novels, america is seized as an image: his characters search a coherence in the image while regretting the faults, incidents and dangers of the "full picture". The preemption of the image is next examined with respect to language, notably the way in which the signifier pre-empts the signified and comes to view as an image free from meaning and reference. Lastly, the preemption of the image is analyzed in its relationship to nature. Delillo's characters seem to want to discover a nature undetermined by man. However, our ability to discern the natural is vitiated by a self-referring element which seeps into events and the self. There is also a "natural" preemption of the image in delillo's work, i. E. The heideggerian readiness-at-hand (zuhandenheit). Delillo's characters want to pierce through the preemption of readiness-at-hand, seize that which lies before them as a "natural" object. Yet this longing for a superhuman perspective is nothing more than the wish to pre-empt whatever is in the heideggerian sense of the image.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 426 p.
  • Annexes : Bibliogr. p. 409-421

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : ULT 1044
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.