Etude de la dihydrofolate reductase de plasmodium falciparum et plasmodium vivax, bases moleculaires et biochimiques de la resistance aux antifoliniques

par RACHIDA TAHAR

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Philippe Deloron.

Soutenue en 1999

à Paris 12 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'emploi massif des antifoliniques pour le traitement du paludisme dans le passe a permis l'emergence de souches de p. Falciparum et de p. Vivax resistantes a ces medicaments. Les antifoliniques sont des analogues du substrat de la dihydrofolate reductase-thymidylate synthase (dhfr-ts), enzyme bifonctionnelle impliquee dans la biosynthese des folates. Des etudes anterieures ont mis en evidence la correlation entre des mutations ponctuelles dans le domaine de la dhfr et la resistance in vivo et in vitro a la pyrimethamine et au cycloguanil chez p. Falciparum. Chez p. Vivax, la resistance aux antifoliniques n'avait pas ete etudiee in vitro. Nous avons isole le gene dhfr-ts de p. Vivax par pcr a partir de l'adn genomique utilisant des oligonucleotides degeneres. L'analyse de la sequence montre une structure en trois regions (dhfr, pont, ts) comparable a celle des autres plasmodiums. Le sequencage du gene de 30 isolats de zones geographiques diverses montre que le domaine ts est hautement conserve, cependant que le domaine dhfr, plus polymorphe, possede des mutations ponctuelles et un tandem repetitif (ggdn) de longueur variable. Trois mutations ponctuelles ser59arg, ser117asn et ile173leu dans la dhfr de p. Vivax sont homologues des mutations cys58arg, ser108asn et ileu164le de la dhfr de p. Falciparum impliquees dans la resistance a la pyrimethamine et au cycloguanil. Nous avons fait exprimer les enzymes recombinantes sauvage dhfr s e r 5 9 s e r 1 1 7 et mutante dhfr a r g 5 9 a s n 1 1 7 dans e. Coli. Apres isolement et renaturation de ces enzymes, l'etude enzymatique in vitro a montre que les mutations ponctuelles ser58arg et ser117asn dans le domaine de la dhfr augmentent nettement les constantes d'inhibition (ki) et la ci 5 0 vis-a-vis des antifoliniques (pyrimethamine, cycloguanil, trimethoprime et methotrexate). Etant donne le role cle chez p. Vivax du codon 117 dans la resistance aux antifoliniques, nous avons mis au point un test moleculaire rapide permettant a la fois de diagnostiquer l'espece plasmodiale et de determiner la nature du codon 117. Nous avons aussi essaye de definir les bases moleculaires de la resistance in vivo de p. Falciparum a l'association des antifoliniques et des antifoliniques qui agissent en synergie sur la meme voie enzymatique. La resistance a la pyrimethamine chez les isolats portant des mutations au niveau de la dhfr peut etre compensee partiellement par l'effet synergique de l'interaction pyrimethamine-sulfadoxine. Des echecs therapeutiques ont ete cependant constates chez des patients infectes par des souches de p. Falciparum ayant un genotype triple mutant ser108asn, asn51ile et cys59arg dans le domaine dhfr et un genotype sauvage ou portant la mutation ala437gly dans la dhps.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 179 p.
  • Annexes : 200 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.