Mmp-9 et inflammation allergique pulmonaire contribution des eosinophiles et des cellules epitheliales bronchiques

par LAURE FOISSIER

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Alain Harf.

Soutenue en 1999

à Paris 12 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'asthme, defini par une obstruction plus ou moins reversible des voies aeriennes, une hyperreactivite bronchique, et un remodelage matriciel des voies aeriennes est aujourd'hui considere comme une maladie inflammatoire. Ces cellules sont en effet capables de liberer a la fois de nombreux mediateurs dont des enzymes proteolytiques responsables de la degradation de la matrice extracellulaire. Parmi ces mmps, la mmp-9 ou gelatinase b revet une importance particuliere car elle degrade les composants de la membrane basale et est produite par de nombreuses cellules inflammatoires et l'epithelium bronchique. Parmi toutes les cellules inflammatoires, l'eosinophile pourrait etre comme un acteur privilegie, certains auteurs ayant demontre une correlation entre l'inflammation bronchique due aux eosinophiles et la severite de l'asthme. Cette expression, faible a l'etat basal, est augmentee en presence d'esters de phorbol ou d'il-5 agissant en synergie avec du facteur agregant plaquettaire ou de l'eotaxine, deux mediateurs specifiques de l'inflammation allergique pulmonaire. Ces donnees laissent penser que la mmp-9 des eosinophiles peut etre impliquee dans la proteolyse focalisee pericellulaire et les processus de migration cellulaire. D'autre part, l'interaction entre des eosinophiles et des cellules epitheliales bronchiques humaines induit une augmentation de production de mmp-9 par ces dernieres. Ces resultats suggerent que les deux types cellulaires peuvent agir synergistiquement pour favoriser la desquamation de l'epithelium bronchique observee in vivo. Enfin dans un modele d'inflammation allergique pulmonaire chronique induit chez la souris, nos resultats montrent une infiltration a predominance d'eosinophiles ainsi qu'une forte augmentation des gelatinases (mmp-9 et mmp-2) dans les lavages bronchoalveolaires de ces animaux, une desquamation de l'epithelium bronchique et un epaississement sous-epithelial. Des experiences de zymographie in situ montrent une colocalisation des activites gelatinolytiques et des manchons cellulaires infiltres aux points d'alteration epitheliale. L'ensemble de ces resultats conforte l'hypothese d'un role reel joue par cette mmp-9 d'origine eosinophilique et/ou epitheliale bronchique au cours de l'inflammation allergique pulmonaire chronique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 201 P.
  • Annexes : 428 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.