Bioconversion de la sinigrine, un microconstituant des legumes cruciferes, par une souche colique humaine de bacteroides thetaiotaomicron

par LILA ELFOUL

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de ODETTE SZYLIT.

Soutenue en 1999

à PARIS 11, ORSAY .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les glucosinolates des legumes cruciferes reduiraient l'incidence des cancers colorectaux via leur bioconversion par la microflore intestinale en derives biologiquement actifs. Cependant, les bacteries responsables et la nature des metabolites produits demeure meconnues. Nous avons recherche si une souche intestinale humaine de bacteroides thetaiotaomicron metabolisait un glucosinolate modele, la sinigrine, in vivo chez le rat monoxenique, et quels etaient les produits formes. Grace au developpement d'une methode d'analyse de l'espace de tete apres microextraction en phase solide, nous montrons qu'il se forme de l'allyl isothiocyanate (aitc). La cinetique de bioconversion de la sinigrine en aitc est suivie dans le caecum et le colon : le pic d'aitc, soit 54nmol/g ms, apparait 12 h apres administration orale d'une dose de 50mol de sinigrine. La conversion de la sinigrine en aitc, estimee via l'analyse hplc de son acide mercapturique urinaire specifique, est partielle (9%) et favorisee par la presence d'autres glucosinolates dans le regime (15%). Elle est de meme importance que celle que nous avons determinee chez l'animal heteroxenique a flore humaine (10%). Enfin, l'analyse des enzymes hepatiques du metabolisme des xenobiotiques chez le rat monoxenique suggere une induction de la glutathion-s-transferase par l'aitc libere dans le tube digestif distal. La physiologie de l'hote intervient toutefois pour une part importante dans le devenir des glucosinolates : chez l'animal axenique, 72% de la dose de sinigrine seraient absorbes ou metabolises en derives inconnus. En conclusion, une souche dominante du colon humain convertit un microconstituant vegetal couramment consomme par l'homme en un metabolite potentiellement anticancerigene. Lors d'une consommation raisonnable, ce metabolite est produit en quantites non negligeables dans le compartiment caeco-colique, ou les risques de cancers sont eleves, et semble induire favorablement les enzymes de detoxification.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 162 p.
  • Annexes : 208 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-014455
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.