Mesure des facteurs spectroscopiques des cinq premiers niveaux en energie du noyau de plomb 208 a l'aide de la reaction 208pb(e,e'p)207tl* a grande impulsion transferee

par ROSELLA MEDAGLIA

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de ALAIN MAGNON.

Soutenue en 1999

à PARIS 11, ORSAY .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Nous avons mesure les fonctions spectrales et les facteurs spectroscopiques des cinq premiers niveaux en energie du noyau de plomb 208, a l'aide de la reaction 2 0 8pb(e,e'p) 2 0 7tl*. Le but de l'experience est de caracteriser l'effet du milieu nucleaire sur les distributions en impulsion et en energie des protons. Afin de minimiser les interactions dans l'etat final du proton ejecte avec le noyau residuel, nous avons realise notre mesure a des transferts d'impulsion de 750 et 570 mev/c, et de ce fait a une energie cinetique du proton de 263 mev et 161 mev, contrairement a une mesure precedente realisee a 100 mev. Nous avons aussi utilise une cinematique ou le couplage electromagnetique est transverse a la place de longitudinal, au vu d'experiences sur des noyaux moyens qui montrent une difference importante en fonction du type de couplage. L'experience a ete realisee aupres de l'accelerateur d'electrons et de l'anneau de lissage de nikhef. A partir des sections efficaces (e,e'p), nous avons extrait les distributions en impulsion des cinq premiers niveaux en energie, sur une gamme d'impulsion du proton de 0 a 300 mev/c. De la, une integration de ces distributions dependante de modeles nous donne les facteurs spectroscopiques, qui comptent en quelque sorte le nombre de protons dans les niveaux. Nos donnees ont ete comparees a des modeles incluant aussi bien les interactions du proton dans l'etat final, que les distortions coulombiennes. Le modele de pavie reproduit correctement les distributions observees, ainsi que notre dependance en transfert, alors que le modele de l'ohio non. Les facteurs spectroscopiques obtenus a l'aide du modele de pavie sont les memes aux deux transferts, en moyenne 20% plus eleves que pour l'experience precedente realisee a 450 mev/c. Malgre tout, ils sont 30% en dessous du modele en couche. L'estimation encore incertaine des mecanismes de reaction nous empeche d'attribuer cette reduction exclusivemente a des effets de structure nucleaire.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 94 p.
  • Annexes : 93 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-014250
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.