Etude de l'effet de l'infection par les mycoplasmes sur la pathogenese du virus de l'immunodeficience simienne (siv) chez le singe macaque

par JEAN-PIERRE ELIANE

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Alain Blanchard.

Soutenue en 1999

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Dans cette etude nous avons tenter d'explorer l'hypothese formuler dans notre laboratoire, selon laquelle l'infection par les mycoplasmes jouerait le role d'un cofacteur dans la pathogenese du hiv. Nous avons choisi de tester cette hypotheses d'etudes sur le modele animal des singes macaques rhesus et l'infection par le virus de l'immunodeficience simienne (siv) un retrovirus de la famille des lentivirus et qui est genetiquement et pathologiquement tres proche du hiv. Nous avons choisi deux protocoles d'infection le premier pour tester l'effet d'une infection chronique par les mycoplasmes sur la pathologie du siv, la seconde tente de simuler l'effet d'une co-infection. Nous avons choisi pour l'infection m. Penetrans, m. Fermentans deux mycoplasmes, isolees et detectees chez les personnes infectees par le hiv. Ces singes ont ete suivis pour plusieurs parametres immunologiques et virologiques. Les donnees recueillis au cours de l'etude montrent : 1- hormis la diversite des reponses immunitaires entre les signes, on remarque que chez certains singes co-infectes par le mycoplasmes et le siv, la diminution des lymphocytes t cd4+ est plus importante que chez les singes temoins. 2- la valeur de la charge virale initiale estime chez par la mesure de l'antigenemie p27 du siv chez les macaques co-infectes sont en generale plus importante que celles des singes temoins. 3- le titre des anticorps diriges contre les differentes proteines du siv chez les singes temoins est plus eleve que celui des singes co-infectes par les deux pathogenes. 4- nous avons pu mettre en evidence chez deux singes infectes par les myoplasmes et le siv une thrombocytopenie. Nous avons pu demontrer que cette pathologie est due a une etiologie auto-immune chez un seul des deux singes, et ceci par la detection d'auto-anticorps dirigees contre les proteines plaquettaires. De plus chez ce singe, nous avons pu demontrer la presence d'un procesus de phagocytose de ces plaquettes en utilisant une approche par microscopie electronique. Ces resultats montrent que les mycoplasmes n'ont pas un impact majeur sur la pathogenese du siv mais que ces bacteries peuvent affecter certains parametres de la reponse immunitaire. C'est pourquoi, ces donnees n'excluent pas une effet cofacteur limite des mycoplasmes sur l'infection par le hiv.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 164 p.
  • Annexes : 245 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-014238
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.