L'oreille absolue : mythe et réalités

par Sylvie Vangenot

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Michel Imberty.

Soutenue en 1999

à Paris 10 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Si nous pouvons aujourd'hui definir l'oreille absolue comme la capacite a identifier un son d'une hauteur precise, immediatement et sans effort, ce, sans avoir recours a une reference de hauteur prealable, elle n'en reste pas moins mysterieuse. Notre travail s'est interesse aux aspects perceptifs et cognitifs de cette habilete, facilement consideree comme l'apanage des "bons" musiciens. Nous montrons tout d'abord que, du point de vue de la perception de la hauteur, les possesseurs de l'oreille absolue ne font pas preuve d'une discrimination plus fine. Nous etudions ensuite les processus de memorisation. Etre doue d'un tel savoir-faire, c'est, en effet, avoir memorise a long terme des hauteurs et les noms d'echelle qui leur sont associes. Posseder de telles etiquettes verbales influence l'extraction et le stockage des informations categorielles, meme dans le cas de frequences isolees. A partir de la notion de perception categorielle est ensuite pose le probleme de la justesse et des limites physiques entre lesquelles peut evoluer une note sans cesser d'etre juste a l'oreille, alors meme qu'elle conserve a travers ses transformations la meme ecriture et la meme denomination musicale. Nous montrons que l'oreille musicienne est necessairement devenue tolerante, s'accommodant de hauteurs approximatives et fluctuantes. Nous nous attardons enfin sur les deux types de perception mis en evidence: celui, analytique des possesseurs de l'oreille absolue et celui, synthetique des possesseurs de l'oreille relative. Nous montrons a quel point cette derniere competence est essentielle a la bonne comprehension de notre musique occidentale, laquelle est basee sur les relations que les differentes notes entretiennent mutuellement plutot qu'en fonction de leur hauteur absolue. Nous concluons sur l'enjeu que represente pour l'enseignement du solfege, cette dualite oreille absolue - oreille relative.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 217 p.
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : 167 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 99 PA10-184
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.