L'URSS et le conflit israélo-arabe (1941-1956)

par Laurent Rucker

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Marc Lazar.

Soutenue en 1999

à Paris 10 .


  • Résumé

    Pro-sioniste en 1947, favorable à l'Egypte en 1956, la politique soviétique au Proche-Orient a connu de multiples retournements. En se fondant sur les archives soviétiques, dépouillées ici pour la première fois, la thèse étudie les différentes séquences de cette politique : soutien de Moscou à la création d'Israel, dégradation, rupture puis rétablissement des relations soviéto-israéliennes, construction de l'alliance avec l'Egypte. Elle montre l'étroite articulation entre les facteurs internes et externes dans la définition de la politique étrangère de l'URSS à travers trois aspects : le rôle de l'idéologie, la lutte pour le pouvoir au sommet de l'Etat-parti soviétique et la question des juifs d'URSS. L'analyse de ces facteurs confirme l'hypothèse selon laquelle il existe un lien entre le mode de gouvernement d'une société et le comportement d'un état sur la scène internationale. A partir de l'étude des documents du ministère des affaires étrangères de l'URSS et de ceux du PCUS, ce travail conclut que la politique soviétique à l'égard du conflit israélo-arabe fut en grande partie improvisée et était motivée à la fois par des considérations ideologiques et géopolitiques. Elle fut une politique de puissance participant avec les autres acteurs à un jeu d'équilibre des forces sur la proche-orientale, mais elle reposait sur une représentation du monde définie à partir des catégories de l'ami et de l'ennemi.

  • Titre traduit

    The soviet union and the Israeli Arab conflict (1941-1956)


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par Presses universitaires de France à Paris

Staline, Israël et les Juifs


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (784 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 725-778 (554 ref.) Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?