La censure politique en France pendant la grande guerre

par Olivier Forcade

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Jacques Becker.

Soutenue en 1999

à Paris 10 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La censure est une question posee par la guerre au regime parlementaire de 1914 a 1919. Des le 5 aout 1914, les lois sur l'etat de siege du 9 aout 1849 et sur les indiscretions de presse en temps de guerre du 5 aout 1914 ouvrent des facultes inedites pour le pouvoir politique et l'autorite militaire. Elles permettent de mettre en place une censure preventive, laissant un large part a l'appreciation de l'autorite politique et des censeurs. Elles restreignent l'exercice des libertes de reunion, d'opinion et de publication lorsque leur expression est de nature a troubler l'ordre public. Initialement prevue pour eviter des indiscretions militaires et diplomatiques, la censure devient progressivement politique en septembre 1914. La protection des institutions, des personnalites publiques et dumodele republicain en sont des manifestations inedites. L'extension de ta censure politique touche la presse d'opinion, plus que celle d'information, les publications periodiques, les livres, la chanson populaire et les revues de theatre et cabaret a paris. Tous les gouvernement en ont fait un usage plus ou moins adroit, meme si son intensite est plus forte de 1914 a 1916 (echoppages, saisies et suspensions). Elle donne lieu a l'organisation d'un << systeme d'informations >> qui, combinant propagandes et censures officielles, a pour but d'encadrer les opinions publiques afin qu'elles tiennent. La creation d'un bureau de la presse a paris et de commissions de controle de presse dans les differentes regions militaires aboutit a un encadrement serre de l'information en france. La censure filtre la perception des evenements de guerre de facon ample et durable puisqu'elle ne disparait qu'avec la levee de l'etat de siege en octobre 1919. Elle contribue a attenuer la connaissance des faits de nature a troubler l'opinion publique, a l'instar des surprises strategiques, des pertes, du cout financier et economique de la guerre, des mutineries de 1917 comme des greves de decembre 1917 et mai 1918. Les matieres sur lesquelles elle s'est portee sont nombreuses. Elle est donc un instrument de faconnement de l'opinion publique. Le resultats de son action sont neanmoins delicats a mesurer.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 992 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 264 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 99 PA10-2 (1-3)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 3136
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 159
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.